Accueil

27 novembre 2020: 1 événement

Soutenance de Thèse

  • Soutenances de thèses

    Vendredi 27 novembre 09:30-12:30 - Erika GODDE RASSAT

    De l’automaticité à l’expressivité et à la compréhension en lecture : Évaluation et développement de la prosodie en lecture chez le jeune lecteur.

    Résumé : La lecture est un des savoirs fondamentaux acquis à l’école primaire. D’abord centré sur le décodage dans les premières années, l’enseignement se focalise ensuite essentiellement sur la compréhension et l’automatisation de la lecture. Cette automatisation, souvent désignée abusivement par le terme de fluence, est très fréquemment évaluée via une mesure du nombre de mots correctement lus par minute. Or, cette mesure se résume à évaluer le décodage et l’automatisation. Mais a lecture fluente du lecteur expert ne se résume pas seulement à une vitesse de lecture élevée, elle se caractérise également par une prosodie adaptée au texte, notamment en termes de phrasé et d’expressivité. En omettant l’aspect prosodique de la fluence, on tend à entretenir une confusion entre fluence et vitesse de lecture. Les dimensions prosodiques de la fluence ont longtemps été négligées dans l’étude du développement de la lecture. Seules quelques études récentes se sont intéressées à leur développement dans diverses langues, mais il n’en existe aucune en français. Ces études ont pu montrer, d’une part un développement long qui se poursuit au-delà de l’enseignement primaire et d’autre part un lien bidirectionnel entre prosodie en lecture et compréhension écrite. La dimension prosodique de la fluence mérite d’être plus largement étudiée, notamment chez l’apprenti lecteur, et c’est l’objectif de cette thèse. Dans ce travail de thèse, nous étudions les étapes de l’acquisition de la prosodie en lecture, ainsi que le lien entre prosodie en lecture et compréhension écrite, chez de jeunes lecteurs français du début de l’école primaire au début de l’enseignement secondaire. Nous abordons ces questions en utilisant trois types de mesures complémentaires de la prosodie : une mesure subjective à l’aide d’une échelle multidimensionnelle et deux mesures objectives que sont les marqueurs acoustiques de phrasé et d’expressivité et une méthode d’évaluation automatique basée sur l’analyse des signaux de parole. Les lectures de 323 enfants du CE1 à la 5ème et d’une vingtaine d’adultes ont été enregistrées, 60 enfants ont été également été suivis du CE1 au CM1. Dans un premier temps, nous abordons le développement des compétences prosodiques en lecture d’un point de vue subjectif, en adaptant une échelle anglophone d’évaluation de la prosodie au français. Ces données subjectives permettent de retrouver le lien prosodie-compréhension en français déjà mis en évidence dans d’autres langues. Dans un deuxième temps, ces données sont analysées en se basant sur des paramètres acoustiques afin de déterminer les étapes d’acquisition de la planification des pauses et de la respiration, marquant le phrasé pendant la lecture. L’étude des corrélations entre scores subjectifs et marqueurs acoustiques permet de mettre en évidence les marqueurs affectant le jugement de l’auditeur. Les données acoustiques sont également utilisées pour mieux comprendre le lien entre prosodie et compréhension. Finalement, nous présentons un outil de prédiction automatique des scores à l’échelle subjective, utilisant paramètres acoustiques et références multiples. Cet outil est utilisé pour évaluer les lectures recueillies dans un suivi longitudinal auprès de 67 enfants du CE1 au CM1. L’analyse de ces données permet de proposer un modèle de croissance pour chaque dimension de la fluence et d’étudier les liens de causalité entre automaticité, prosodie et compréhension. Les connaissances acquises dans cette thèse sur le développement de la prosodie en lecture et son lien avec la compréhension écrite chez l’enfant français nous permettent de proposer de nouveaux outils d’évaluation de la fluence incluant la prosodie, et d’envisager le développement d’outils d’entrainement à la lecture prosodique. Ces outils offrent de nouvelles perspectives pour l’enseignement de la lecture ainsi que pour le diagnostic et la prise en charge des enfants en difficulté d’apprentissage de la lecture.
    MEMBRES DU JURY
    M. Gérard BAILLY, CNRS Délégation Alpes, Co-directeur de thèse
    Mme Marie-Line BOSSE, Université Grenoble Alpes, Directrice de thèse
    Mme Elisabeth DELAIS-ROUSSARIE, CNRS Délégation Bretagne et Pays de la Loire, Rapporteure
    M. Edouard GENTAZ, Université de Genève, Examinateur
    M. Eric LAMBERT, Université de Poitiers, Rapporteur
    Mme Anna POTOCKI, Université Grenoble Alpes, Examinatrice

    Notes de dernières minutes : Cette thèse a été dirigée par Marie-Line Bosse et Gérard Bailly et réalisée au sein des laboratoires LPNC et GIPSA-Lab.

    En savoir plus : Soutenances de thèses