Accueil

14 octobre 2020: 1 événement

Soutenance de Thèse

  • Soutenances de thèses

    Mercredi 14 octobre 14:00-16:00 - Kevin PARISOT

    Soutenances de thèses

    Résumé : Thèse dirigé par : ZOZOR Steeve, directeur de thèse, PHLYPO Ronald, co-encadrant et CHAUVIN Alan, co-encadrant.
    Thèse préparée au sein du laboratoire Gipsa-lab et Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition (LPNC)
    Résumé de thèse :
    La multi-stabilité perceptuelle désigne la dynamique perceptuelle, qui émerge lorsque le système sensoriel humain est confronté à une stimulation stationnaire et ambigüe. Dans ce cas, la perception de l’observateur alterne entre différents percepts, tandis que le stimulus reste constant. Depuis les premières observations de Necker (1832), la perception multi-stable est devenue un outil de recherche, utilisé dans les recherches visant à comprendre comment le système visuel se sert de mécanismes d’inférences, afin de reconstruire un monde perceptuel riche à partir d’informations sensorielles incomplètes.
    Dans cette thèse, nous cherchons à étudier les relations d’inter-dépendence entre l’action oculomotrice et le système perceptuel, dans le contexte de la multi-stabilité perceptuelle. Les questions centrales de recherche sont les suivantes : est-il possible d’inférer les percepts à partir des mouvements oculaires, et si oui, comment se constituent les relations (hierarchiques) entre les systèmes perceptuel et oculomoteur ?
    Tout d’abord, nous avons étudié les micro-mouvements oculaires fixationnels, que nous avons détecté dans une tâche d’exploration d’un stimulus bi-stable en mouvement. Nous proposons de classifier ceux-ci en tant que micro-poursuite, une classe de mouvements oculaires fixationnels, corrélant avec des trajectoires lisses, prévisibles et de faibles amplitudes du stimulus en mouvement. Nous avons reproduit ces résultats dans une tâche de poursuite explicite, accompagnée d’une tâche de détection de changement de la luminance, mais uniquement lorsque l’objet était la cible, et pas lorsqu’il était un distracteur. L’analyse inter-expérience suggère que la manipulation des tâches, du mouvement du stimulus, et du niveau d’ambigüité du stimulus, influe la génération de micro-poursuite : un résultat qui indique que la perception bi-stable pourrait jouer un rôle dans la décision oculomotrice de porter son attention sur la croix de fixation, ou l’objet en mouvement. Nous avons modélisé ce comportement à l’aide d’un modèle prédictif, basé sur un champ d’énergie potentielle, dans lequel le centre du regard est représenté par la dynamique d’une masse unitaire. Nous avons ensuite étendu ce modèle pour qu’il rende compte de la multi-stabilité perceptuelle. Une exploration des capacités du modèle à reproduire les mouvements oculaires fixationnels — en considérant micro-saccades, micro-poursuites et fixations stables — est présentée. Afin d’étudier davantage les liens entre multi-stabilité perceptuelle et contrôle oculomoteur, nous nous sommes servis d’un stimulus : le plaid en mouvement, composé de deux grilles transparentes se déplaçant dans différentes directions et observées au travers d’un trou circulaire, ce qui engendre une tri-stabilité vis-à-vis de la direction du mouvement perçue. Nous examinons comment l’ambigüité du plaid peut être manipulée au niveau de chaque sujet, en utilisant un modèle probabiliste et un protocole pour en estimer ses paramètres. Ainsi, les points d’ambigüité maximale peuvent être identifiés pour chaque observateur.rice, en manipulant la transparence des grilles.
    Enfin, nous avons aussi regardé comment manipuler les mouvements oculaires avec le plaid en mouvement, et nous donnons un bref aperçu sur l’application d’un paradigme, sans rapport explicite de la perception, qui a pour but d’inférer cette dernière à partir de la dynamique oculomotrice. Cette exploration cherche avant tout à proposer une feuille de route, afin de poursuivre les questions de recherche autour du couplage entre les systèmes oculomoteur et perceptif, lorsqu’il y a multi-stabilité, et d’ouvrir vers l’utilisation de techniques de neuro-imagerie, appliquées à cette thématique. Enfin, le travail présenté dans cette thèse pose des questions sur les liens entre les différents régimes de stabilité — tel que la mono-, multi-, ou méta-stabilité — et quel est le rôle des processus ascendants et descendants sur ceux-ci.

    Lieu : Lieu de soutenance de la thèse : 1221 avenue centrale - Domaine universitaire, 38400 St Martin d'Hères. Salle : Amphi Maison Sciences de l'Homme-Alpes Visioconférence : Participer à la réunion Zoom - ID de réunion : 968 0695 3258 Code secret : 975519

    En savoir plus : Soutenances de thèses