Accueil

18 octobre 2019: 1 événement

Soutenance de Thèse

  • Soutenances de thèses

    Vendredi 18 octobre 09:00-12:00 - Ladislas NALBORCZYK

    Soutenance de thèse Ladislas NALBORCZYK

    Résumé : Les ruminations mentales sont majoritairement exprimées sous forme verbale et il a été proposé de les considérer, par conséquent, comme une forme dysfonctionnelle de parole intérieure (i.e., production mentale de parole). D’autre part, les recherches sur la psychophysiologie de la parole intérieure ont révélé que les processus neuronaux impliqués dans la parole à voix haute et dans la parole intérieure sont similaires. Ces observations sont cohérentes avec l’idée que certaines formes de parole intérieure pourraient être considérées comme une forme de simulation de la parole à voix haute, de la même manière que certaines actions imaginées peuvent être considérées comme le résultat d’une simulation de l’action correspondante (par exemple, marcher et s’imaginer en train de marcher). En d’autres termes, l’hypothèse de la simulation motrice suggère que le système moteur de la parole devrait également être impliqué lors de la production de parole intérieure. L’hypothèse corollaire peut être formulée, selon laquelle la production de parole intérieure (et de ruminations) devrait être perturbée par une perturbation du système moteur de la parole. Nous avons mené une série de cinq études visant à sonder le rôle du système moteur de la parole dans les ruminations. Dans l’ensemble, nos résultats soulignent que, bien que la rumination verbale puisse être considérée comme une forme de parole intérieure, elle ne semble pas recruter spécifiquement le système moteur de la parole. Plus précisément, nous soutenons que la rumination peut être considérée comme une forme de parole intérieure particulièrement condensée, qui s’exprimerait sous la forme d’une représentation phonologique, et dont les traits articulatoires ne seraient pas complètements spécifiés. Nous faisons le lien entre ces résultats et l’hypothèse théorique du cadre “habitude-but” de la rumination dépressive et nous discutons de leurs implications pour les théories de la production de parole intérieure.
    Mots-clés : ruminations ; parole intérieure ; imagerie motrice ; électromyographie ; suppression articulatoire
    Abstract
    Rumination is known to be a predominantly verbal process and has been proposed to be considered as such as a dysfunctional form of inner speech (i.e., the silent production of words in one’s mind). On the other hand, research on the psychophysiology of inner speech revealed that the neural processes involved in overt and covert speech tend to be very similar. This is coherent with the idea that some forms of inner speech could be considered as a kind of simulation of overt speech, in the same way as imagined actions can be considered as the result of a simulation of the corresponding overt action (e.g., walking and imagined walking). In other words, the motor simulation hypothesis suggests that the speech motor system should be involved as well during inner speech production. The corollary hypothesis might be drawn, according to which the production of inner speech (and rumination) should be disrupted by a disruption of the speech motor system. We conducted a series of five studies aiming to probe the role of the speech motor system in rumination. Overall, our results highlight that although verbal rumination may be considered as a form of inner speech, it might not specifically involve the speech motor system. More precisely, we argue that rumination might be considered as a particularly strongly condensed form of inner speech that does not systematically involve fully specified articulatory features. We discuss these findings in relation to the habit-goal framework of depressive rumination and we discuss the implications of these findings for theories of inner speech production.
    Key-words : rumination ; inner speech ; motor imagery ; electromyography ; articulatory suppression
    Jury :
    Pr. Céline Douilliez
    Pr. Aymeric Guillot
    Dr. Maëva Garnier
    Dr. Benjamin Alderson-Day
    Pr. Robert Hartsuiker
    Directeurs : Dr. Hélène Lœvenbruck, Pr. Ernst Koster
    Co-directeur : Dr. Marcela Perrone-Bertolotti

    Notes de dernières minutes : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures, 1141 Avenue Centrale, 38610 Gières, France

    En savoir plus : Soutenances de thèses