Accueil

Les événements de septembre 2021

séminaire

  • Séminaires LPNC

    • Mardi 7 septembre 13:00-14:00 - Laurent Vercueil - Grenoble Institut Neurosciences

      L’impossible challenge des troubles neurologiques fonctionnels (une mise à jour à l’heure de la COVID19)

      Résumé : Les troubles neurologiques fonctionnels (TNF) sont représentés par des manifestations d’allure neurologique d’origine psychogène. Le terme de « psychogène » suggère que l’origine en est psychologique. De fait, le diagnostic est établi sur la base d’une absence de cohérence neurologique (systématisation spécifique en relation avec l’organisation du système nerveux) et l’absence de lésion organique. Des déficits sensitifs ou moteurs (paralysies), des troubles subjectifs (vertiges, sensations anormales), des mouvements anormaux (secousses, tremblements, postures anormales) et des crises (dites « crises non épileptiques psychogènes ») constituent des plaintes fréquentes, en population générale, parfois conduisant à des prises en charge agressives inappropriées (interventions, réanimations) et risque iatrogène conséquent.
      L’intervention dans ce séminaire soulignera les difficultés rencontrées dans le diagnostic et le traitement des sujets souffrant de TNF. En se basant sur les travaux de l’équipe et les données de la littérature, ainsi que sur l’expérience clinique personnelle, les implications bio-psycho-sociales seront particulièrement soulignées, en pointant certaines problématiques qui relèvent de champs communs : Comment appeler un trouble qui échappe à toute classification nosographique reposant sur la méthode anatomo-clinique ? Comme amener la demande médicale de la personne et l’approche thérapeutique à coïncider ? Existe-t-il une « théorie médicale » de ces troubles, depuis la disparition de l’ « hystérie » ? Enfin, à l’heure de la COVID19, quid de l’explosion des TNF ?

      Article

    • Mardi 21 septembre 13:00-14:00 - Grégoire Sergeant - Université de Genève

      Modelling consciousness using projective geometry

      Résumé : Consciousness is an embodied experience that we model by perspective taking on a real 3D world, common to any subject, through 3D projective geometry. It enables us to define an internal space proper to each of them from which one can naturally discriminate between sources of information making it a global workspace.
      In previous work [1-3], principles of this framework were exhibited and a first mathematical formulation [4] of these principles enabled to explain and model the moon illusion in a much more complete manner than previous explanations, making refutable predictions for example on perceived size of the moon. More recently [5] a mathematical formulation was developed for the conjectured projective nature of consciousness which gives new insights for known psychophysical phenomena. We will present these works and give a glimpse on ongoing developments on how one can generalize these idea and use geometry to define a global worspace an adaptative systems can use for integrating information.
      [1] D. Rudrauf, D. Bennequin, I. Granic, G. Landini, K. Friston, and K. Williford, “A mathematicalmodel of embodied consciousness,”Journal of theoretical biology, vol. 428, pp. 106–131, 2017
      [2] D. Rudrauf and M. Debban ́e, “Building a cybernetic model of psychopathology : beyond themetaphor,”Psychological Inquiry, vol. 29, no. 3, pp. 156–164, 2018
      [3] K. Williford, D. Bennequin, K. Friston, and D. Rudrauf, “The projective consciousness modeland phenomenal selfhood,”Frontiers in Psychology, vol. 9, p. 2571, 2018
      [4] D. Rudrauf, D. Bennequin, and K. Williford, “The moon illusion explained by the projectiveconsciousness model,”Journal of Theoretical Biology, vol. 507, p. 110455, 2020
      [5] D. Rudrauf, G. Sergeant-Perthuis, O. Belli, Y. Tisserand, and G. Serugendo, “Modeling the subjective perspective of consciousness and its role in the control of behaviours”, arXiv preprint arXiv:2012.12963, 2021

      Article

    • Jeudi 30 septembre 17:00-18:00 - Axel Cleeremans - Université libre de Bruxelles

      La conscience : Comment et pourquoi ?

      Résumé : La conscience demeure aujourd’hui un mystère : Nous ne savons ni comment l’activité biologique de notre cerveau produit l’expérience subjective que nous faisons du monde, ni pourquoi. Dans cet exposé, je survole les théories contemporaines de la conscience en explorant la manière dont il est possible de développer une science expérimentale de la conscience. Je défendrai l’idée que la conscience est quelque chose que le cerveau apprend à faire, en redécrivant continuellement sa propre activité alors qu’il interagit avec lui-même, avec le monde, et avec autrui. J’aborderai en outre l’épineuse question de savoir pourquoi nous sommes conscients, et suggèrerai que la conscience phénoménale a une valeur intrinsèque. En effet, pourquoi ferions-nous quoi que ce soit si le fait de le faire ne nous faisait pas quelque chose ?

      Lieu : Organisé par la MSH-Alpes dans l'amphi de la MSH. - Détails ici : https://www.msh-alpes.fr/actualites/conscience-comment-et-pourquoi

      Article

  • Séminaires Equipe PSM

    • Mardi 7 septembre 13:00-14:00 - Laurent Vercueil - Grenoble Institut Neurosciences

      L’impossible challenge des troubles neurologiques fonctionnels (une mise à jour à l’heure de la COVID19)

      Résumé : Les troubles neurologiques fonctionnels (TNF) sont représentés par des manifestations d’allure neurologique d’origine psychogène. Le terme de « psychogène » suggère que l’origine en est psychologique. De fait, le diagnostic est établi sur la base d’une absence de cohérence neurologique (systématisation spécifique en relation avec l’organisation du système nerveux) et l’absence de lésion organique. Des déficits sensitifs ou moteurs (paralysies), des troubles subjectifs (vertiges, sensations anormales), des mouvements anormaux (secousses, tremblements, postures anormales) et des crises (dites « crises non épileptiques psychogènes ») constituent des plaintes fréquentes, en population générale, parfois conduisant à des prises en charge agressives inappropriées (interventions, réanimations) et risque iatrogène conséquent.
      L’intervention dans ce séminaire soulignera les difficultés rencontrées dans le diagnostic et le traitement des sujets souffrant de TNF. En se basant sur les travaux de l’équipe et les données de la littérature, ainsi que sur l’expérience clinique personnelle, les implications bio-psycho-sociales seront particulièrement soulignées, en pointant certaines problématiques qui relèvent de champs communs : Comment appeler un trouble qui échappe à toute classification nosographique reposant sur la méthode anatomo-clinique ? Comme amener la demande médicale de la personne et l’approche thérapeutique à coïncider ? Existe-t-il une « théorie médicale » de ces troubles, depuis la disparition de l’ « hystérie » ? Enfin, à l’heure de la COVID19, quid de l’explosion des TNF ?

      Article

    • Mardi 21 septembre 13:00-14:00 - Grégoire Sergeant - Université de Genève

      Modelling consciousness using projective geometry

      Résumé : Consciousness is an embodied experience that we model by perspective taking on a real 3D world, common to any subject, through 3D projective geometry. It enables us to define an internal space proper to each of them from which one can naturally discriminate between sources of information making it a global workspace.
      In previous work [1-3], principles of this framework were exhibited and a first mathematical formulation [4] of these principles enabled to explain and model the moon illusion in a much more complete manner than previous explanations, making refutable predictions for example on perceived size of the moon. More recently [5] a mathematical formulation was developed for the conjectured projective nature of consciousness which gives new insights for known psychophysical phenomena. We will present these works and give a glimpse on ongoing developments on how one can generalize these idea and use geometry to define a global worspace an adaptative systems can use for integrating information.
      [1] D. Rudrauf, D. Bennequin, I. Granic, G. Landini, K. Friston, and K. Williford, “A mathematicalmodel of embodied consciousness,”Journal of theoretical biology, vol. 428, pp. 106–131, 2017
      [2] D. Rudrauf and M. Debban ́e, “Building a cybernetic model of psychopathology : beyond themetaphor,”Psychological Inquiry, vol. 29, no. 3, pp. 156–164, 2018
      [3] K. Williford, D. Bennequin, K. Friston, and D. Rudrauf, “The projective consciousness modeland phenomenal selfhood,”Frontiers in Psychology, vol. 9, p. 2571, 2018
      [4] D. Rudrauf, D. Bennequin, and K. Williford, “The moon illusion explained by the projectiveconsciousness model,”Journal of Theoretical Biology, vol. 507, p. 110455, 2020
      [5] D. Rudrauf, G. Sergeant-Perthuis, O. Belli, Y. Tisserand, and G. Serugendo, “Modeling the subjective perspective of consciousness and its role in the control of behaviours”, arXiv preprint arXiv:2012.12963, 2021

      Article

    • Jeudi 30 septembre 17:00-18:00 - Axel Cleeremans - Université libre de Bruxelles

      La conscience : Comment et pourquoi ?

      Résumé : La conscience demeure aujourd’hui un mystère : Nous ne savons ni comment l’activité biologique de notre cerveau produit l’expérience subjective que nous faisons du monde, ni pourquoi. Dans cet exposé, je survole les théories contemporaines de la conscience en explorant la manière dont il est possible de développer une science expérimentale de la conscience. Je défendrai l’idée que la conscience est quelque chose que le cerveau apprend à faire, en redécrivant continuellement sa propre activité alors qu’il interagit avec lui-même, avec le monde, et avec autrui. J’aborderai en outre l’épineuse question de savoir pourquoi nous sommes conscients, et suggèrerai que la conscience phénoménale a une valeur intrinsèque. En effet, pourquoi ferions-nous quoi que ce soit si le fait de le faire ne nous faisait pas quelque chose ?

      Lieu : Organisé par la MSH-Alpes dans l'amphi de la MSH. - Détails ici : https://www.msh-alpes.fr/actualites/conscience-comment-et-pourquoi

      Article

  • Séminaires Equipe Mémoire et développement

    • Mardi 7 septembre 13:00-14:00 - Laurent Vercueil - Grenoble Institut Neurosciences

      L’impossible challenge des troubles neurologiques fonctionnels (une mise à jour à l’heure de la COVID19)

      Résumé : Les troubles neurologiques fonctionnels (TNF) sont représentés par des manifestations d’allure neurologique d’origine psychogène. Le terme de « psychogène » suggère que l’origine en est psychologique. De fait, le diagnostic est établi sur la base d’une absence de cohérence neurologique (systématisation spécifique en relation avec l’organisation du système nerveux) et l’absence de lésion organique. Des déficits sensitifs ou moteurs (paralysies), des troubles subjectifs (vertiges, sensations anormales), des mouvements anormaux (secousses, tremblements, postures anormales) et des crises (dites « crises non épileptiques psychogènes ») constituent des plaintes fréquentes, en population générale, parfois conduisant à des prises en charge agressives inappropriées (interventions, réanimations) et risque iatrogène conséquent.
      L’intervention dans ce séminaire soulignera les difficultés rencontrées dans le diagnostic et le traitement des sujets souffrant de TNF. En se basant sur les travaux de l’équipe et les données de la littérature, ainsi que sur l’expérience clinique personnelle, les implications bio-psycho-sociales seront particulièrement soulignées, en pointant certaines problématiques qui relèvent de champs communs : Comment appeler un trouble qui échappe à toute classification nosographique reposant sur la méthode anatomo-clinique ? Comme amener la demande médicale de la personne et l’approche thérapeutique à coïncider ? Existe-t-il une « théorie médicale » de ces troubles, depuis la disparition de l’ « hystérie » ? Enfin, à l’heure de la COVID19, quid de l’explosion des TNF ?

      Article

    • Mardi 21 septembre 13:00-14:00 - Grégoire Sergeant - Université de Genève

      Modelling consciousness using projective geometry

      Résumé : Consciousness is an embodied experience that we model by perspective taking on a real 3D world, common to any subject, through 3D projective geometry. It enables us to define an internal space proper to each of them from which one can naturally discriminate between sources of information making it a global workspace.
      In previous work [1-3], principles of this framework were exhibited and a first mathematical formulation [4] of these principles enabled to explain and model the moon illusion in a much more complete manner than previous explanations, making refutable predictions for example on perceived size of the moon. More recently [5] a mathematical formulation was developed for the conjectured projective nature of consciousness which gives new insights for known psychophysical phenomena. We will present these works and give a glimpse on ongoing developments on how one can generalize these idea and use geometry to define a global worspace an adaptative systems can use for integrating information.
      [1] D. Rudrauf, D. Bennequin, I. Granic, G. Landini, K. Friston, and K. Williford, “A mathematicalmodel of embodied consciousness,”Journal of theoretical biology, vol. 428, pp. 106–131, 2017
      [2] D. Rudrauf and M. Debban ́e, “Building a cybernetic model of psychopathology : beyond themetaphor,”Psychological Inquiry, vol. 29, no. 3, pp. 156–164, 2018
      [3] K. Williford, D. Bennequin, K. Friston, and D. Rudrauf, “The projective consciousness modeland phenomenal selfhood,”Frontiers in Psychology, vol. 9, p. 2571, 2018
      [4] D. Rudrauf, D. Bennequin, and K. Williford, “The moon illusion explained by the projectiveconsciousness model,”Journal of Theoretical Biology, vol. 507, p. 110455, 2020
      [5] D. Rudrauf, G. Sergeant-Perthuis, O. Belli, Y. Tisserand, and G. Serugendo, “Modeling the subjective perspective of consciousness and its role in the control of behaviours”, arXiv preprint arXiv:2012.12963, 2021

      Article

    • Jeudi 30 septembre 17:00-18:00 - Axel Cleeremans - Université libre de Bruxelles

      La conscience : Comment et pourquoi ?

      Résumé : La conscience demeure aujourd’hui un mystère : Nous ne savons ni comment l’activité biologique de notre cerveau produit l’expérience subjective que nous faisons du monde, ni pourquoi. Dans cet exposé, je survole les théories contemporaines de la conscience en explorant la manière dont il est possible de développer une science expérimentale de la conscience. Je défendrai l’idée que la conscience est quelque chose que le cerveau apprend à faire, en redécrivant continuellement sa propre activité alors qu’il interagit avec lui-même, avec le monde, et avec autrui. J’aborderai en outre l’épineuse question de savoir pourquoi nous sommes conscients, et suggèrerai que la conscience phénoménale a une valeur intrinsèque. En effet, pourquoi ferions-nous quoi que ce soit si le fait de le faire ne nous faisait pas quelque chose ?

      Lieu : Organisé par la MSH-Alpes dans l'amphi de la MSH. - Détails ici : https://www.msh-alpes.fr/actualites/conscience-comment-et-pourquoi

      Article

  • Séminaires Equipe Langage

    • Mardi 7 septembre 13:00-14:00 - Laurent Vercueil - Grenoble Institut Neurosciences

      L’impossible challenge des troubles neurologiques fonctionnels (une mise à jour à l’heure de la COVID19)

      Résumé : Les troubles neurologiques fonctionnels (TNF) sont représentés par des manifestations d’allure neurologique d’origine psychogène. Le terme de « psychogène » suggère que l’origine en est psychologique. De fait, le diagnostic est établi sur la base d’une absence de cohérence neurologique (systématisation spécifique en relation avec l’organisation du système nerveux) et l’absence de lésion organique. Des déficits sensitifs ou moteurs (paralysies), des troubles subjectifs (vertiges, sensations anormales), des mouvements anormaux (secousses, tremblements, postures anormales) et des crises (dites « crises non épileptiques psychogènes ») constituent des plaintes fréquentes, en population générale, parfois conduisant à des prises en charge agressives inappropriées (interventions, réanimations) et risque iatrogène conséquent.
      L’intervention dans ce séminaire soulignera les difficultés rencontrées dans le diagnostic et le traitement des sujets souffrant de TNF. En se basant sur les travaux de l’équipe et les données de la littérature, ainsi que sur l’expérience clinique personnelle, les implications bio-psycho-sociales seront particulièrement soulignées, en pointant certaines problématiques qui relèvent de champs communs : Comment appeler un trouble qui échappe à toute classification nosographique reposant sur la méthode anatomo-clinique ? Comme amener la demande médicale de la personne et l’approche thérapeutique à coïncider ? Existe-t-il une « théorie médicale » de ces troubles, depuis la disparition de l’ « hystérie » ? Enfin, à l’heure de la COVID19, quid de l’explosion des TNF ?

      Article

    • Mardi 21 septembre 13:00-14:00 - Grégoire Sergeant - Université de Genève

      Modelling consciousness using projective geometry

      Résumé : Consciousness is an embodied experience that we model by perspective taking on a real 3D world, common to any subject, through 3D projective geometry. It enables us to define an internal space proper to each of them from which one can naturally discriminate between sources of information making it a global workspace.
      In previous work [1-3], principles of this framework were exhibited and a first mathematical formulation [4] of these principles enabled to explain and model the moon illusion in a much more complete manner than previous explanations, making refutable predictions for example on perceived size of the moon. More recently [5] a mathematical formulation was developed for the conjectured projective nature of consciousness which gives new insights for known psychophysical phenomena. We will present these works and give a glimpse on ongoing developments on how one can generalize these idea and use geometry to define a global worspace an adaptative systems can use for integrating information.
      [1] D. Rudrauf, D. Bennequin, I. Granic, G. Landini, K. Friston, and K. Williford, “A mathematicalmodel of embodied consciousness,”Journal of theoretical biology, vol. 428, pp. 106–131, 2017
      [2] D. Rudrauf and M. Debban ́e, “Building a cybernetic model of psychopathology : beyond themetaphor,”Psychological Inquiry, vol. 29, no. 3, pp. 156–164, 2018
      [3] K. Williford, D. Bennequin, K. Friston, and D. Rudrauf, “The projective consciousness modeland phenomenal selfhood,”Frontiers in Psychology, vol. 9, p. 2571, 2018
      [4] D. Rudrauf, D. Bennequin, and K. Williford, “The moon illusion explained by the projectiveconsciousness model,”Journal of Theoretical Biology, vol. 507, p. 110455, 2020
      [5] D. Rudrauf, G. Sergeant-Perthuis, O. Belli, Y. Tisserand, and G. Serugendo, “Modeling the subjective perspective of consciousness and its role in the control of behaviours”, arXiv preprint arXiv:2012.12963, 2021

      Article

    • Jeudi 30 septembre 17:00-18:00 - Axel Cleeremans - Université libre de Bruxelles

      La conscience : Comment et pourquoi ?

      Résumé : La conscience demeure aujourd’hui un mystère : Nous ne savons ni comment l’activité biologique de notre cerveau produit l’expérience subjective que nous faisons du monde, ni pourquoi. Dans cet exposé, je survole les théories contemporaines de la conscience en explorant la manière dont il est possible de développer une science expérimentale de la conscience. Je défendrai l’idée que la conscience est quelque chose que le cerveau apprend à faire, en redécrivant continuellement sa propre activité alors qu’il interagit avec lui-même, avec le monde, et avec autrui. J’aborderai en outre l’épineuse question de savoir pourquoi nous sommes conscients, et suggèrerai que la conscience phénoménale a une valeur intrinsèque. En effet, pourquoi ferions-nous quoi que ce soit si le fait de le faire ne nous faisait pas quelque chose ?

      Lieu : Organisé par la MSH-Alpes dans l'amphi de la MSH. - Détails ici : https://www.msh-alpes.fr/actualites/conscience-comment-et-pourquoi

      Article

Ajouter un événement