Accueil

Les événements de mars 2020

séminaire

  • Séminaires LPNC

    • Mardi 3 mars 14:00-15:00 - Michel Thiebaut de Schotten - Brain Connectivity and Behaviour Laboratory, Sorbonne Universities

      The disconnectome

      Résumé : Patients with brain lesions provide a unique opportunity to understand the functioning of the human mind. However, even when focal, brain lesions have local and remote effects that impact functionally and structurally connected circuits. Similarly, function emerges from the interaction between brain areas rather than their sole activity. For instance, category fluency requires the associations between executive, semantic, and language production functions. Here, we provide, for the first time, a set of complementary solutions for measuring the impact of a given lesion on the neuronal circuits. Our methods, which were applied to 37 patients with a focal frontal brain lesions, revealed a large set of directly and indirectly disconnected brain regions that had significantly impacted category fluency performance. The directly disconnected regions corresponded to areas that are classically considered as functionally engaged in verbal fluency and categorization tasks. These regions were also organized into larger directly and indirectly disconnected functional networks, including the left ventral fronto-parietal network, whose cortical thickness correlated with performance on category fluency. The combination of structural and functional connectivity together with cortical thickness estimates reveal the remote effects of brain lesions, provide for the identification of the affected networks, and strengthen our understanding of their relationship with cognitive and behavioral measures. The methods presented are available and freely accessible in the BCBtoolkit.

      Lieu : BSHM-A006

      Article

    • Mardi 17 mars 13:00-14:00 - Marianne Jover - Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l'Emotion, Université Aix-Marseille

      Quoi de commun entre apprendre à lire et apprendre à faire du vélo ? Éléments sur la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination

      Résumé : La dyslexie et le trouble développemental de la coordination sont deux troubles neurodéveloppementaux dont les caractéristiques sont très différentes mais qui apparaissent souvent de façon comorbide chez les jeunes patients. Ce constat suggère l’existence de mécanismes étiopathogéniques communs, hypothèse qui a déjà été avancée dans la littérature. Ainsi, par exemple, le modèle du développement cérébral atypique (Gilger & Kaplan, 2001), le modèle du déficit d’apprentissage procédural (Nicolson & Fawcett, 2007) ou le modèle du déficit multiple (Pennington, 2006) tentent d’expliquer la fréquence de la comorbidité classiquement décrite entre les troubles des apprentissages ou les troubles neurodéveloppementaux. Je présenterai et comparerai dans ce séminaire deux projets de recherches menés autour de la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination qui recourent à des méthodologies différentes. Le premier a consisté à analyser les performances motrices et de lecture, ainsi que différentes tâches graphomotrices dans une large cohorte d’enfants présentant un trouble des apprentissages au sens large du terme (doctorat Huau, 2015). La seconde, a contrario, repose sur l’analyse et la comparaison des performances graphomotrices d’enfants dyslexiques et/ou avec un trouble développemental de la coordination, inclus sur des critères très stricts (DYSTAC MAP Chaix et al., 2014).

      Lieu : Salle Jacques Cartier, RDC, Maison des Langues

      Article

    • Jeudi 19 mars 13:00-14:00 - Valérie Goffaux - Human vision science lab, Université de Louvain (Belgique)

      Faces are made of this… Contribution of Orientation and Spatial frequency when processing faces

      Résumé : Human visual perception results from a complex chain of processes, starting with the spatial frequency- and orientation-selective encoding of luminance in the primary visual cortex (V1). As the visual signals proceed in the visual system, increasingly more complex shape properties are coded, with several high-level regions specializing for selective categories such as faces, words, natural scenes. We know very little about how such high-level specialization builds upon primary encoding stages in V1.
      Our work combines multiple investigation techniques : psychophysics, electrophysiology (scalp EEG, ERP and steady-state), as well as neuroimaging (of V1 and high-level visual regions) and suggests that the specialization of face processing, though emerging at high-level stages of visual processing, roots into the processing of selective ranges of the primary orientation and SF information.
      These findings encourage the adoption of more integrative approaches to face perception, and vision in general, encompassing both low- and high-level visual mechanisms.

      Lieu : Salle Annie Génovèse (A6), Bâtiment Michel Dubois (ex. BSHM)

      Article

    • Mardi 31 mars 13:00-14:00 - Anne Kavounoudias - Laboratoire de Neurosciences Sensorielles et Cognitives (LNSC), Marseille

      [ANNULE] Perception multimodale du corps : avantages et bases neurales des interactions multisensorielles chez les adultes jeunes et âgés

      Résumé : La perception de notre corps, de ses mouvements et interactions avec l’environnement, est issue des nombreux messages sensoriels émanant de tous nos sens : vision, toucher, proprioception musculaire, audition… Cela soulève de nombreuses questions quant aux règles par lesquelles le cerveau combine les différentes sources sensorielles pour parvenir à une estimation optimale, ainsi que les bases neurales de cette intégration d’informations très distribuées, ou bien encore la modulation de ces processus intégratifs. Je rapporterai comment nous avons tenté de répondre à ces questions à partir d’illusions de mouvement induites en manipulant sélectivement différentes entrées sensorielles de manière isolée ou combinée par des approches psychophysiques et en imagerie cérébrale fonctionnelle (IRMf). De plus, tous les sens se détériorant progressivement avec l’âge, depuis la périphérie jusqu’aux centres nerveux, nous avons examiné les conséquences du vieillissement normal sur les processus intégratifs et les possibles réorganisations cérébrales associées. En testant les capacités discriminatives des personnes âgées dans des tâches de perception de mouvements de leur main ou de discrimination de textures, nous avons notamment constaté une repondération des informations sensorielles et une facilitation générale des processus intégratifs dès 65 ans. Au niveau cérébral, l’effondrement des processus inhibiteurs avec l’âge expliquerait les troubles perceptifs et la perte de sélectivité des activités cérébrales. Néanmoins, nous discuterons l’idée que les personnes âgées pourraient bénéficier de ce phénomène de dédifférenciation pour surmonter au moins partiellement les déclins sensoriels.

      Lieu : Bâtiment Michel Dubois (BSHM), salle A006

      Article

  • Séminaires Equipe PSM

    • Mardi 3 mars 14:00-15:00 - Michel Thiebaut de Schotten - Brain Connectivity and Behaviour Laboratory, Sorbonne Universities

      The disconnectome

      Résumé : Patients with brain lesions provide a unique opportunity to understand the functioning of the human mind. However, even when focal, brain lesions have local and remote effects that impact functionally and structurally connected circuits. Similarly, function emerges from the interaction between brain areas rather than their sole activity. For instance, category fluency requires the associations between executive, semantic, and language production functions. Here, we provide, for the first time, a set of complementary solutions for measuring the impact of a given lesion on the neuronal circuits. Our methods, which were applied to 37 patients with a focal frontal brain lesions, revealed a large set of directly and indirectly disconnected brain regions that had significantly impacted category fluency performance. The directly disconnected regions corresponded to areas that are classically considered as functionally engaged in verbal fluency and categorization tasks. These regions were also organized into larger directly and indirectly disconnected functional networks, including the left ventral fronto-parietal network, whose cortical thickness correlated with performance on category fluency. The combination of structural and functional connectivity together with cortical thickness estimates reveal the remote effects of brain lesions, provide for the identification of the affected networks, and strengthen our understanding of their relationship with cognitive and behavioral measures. The methods presented are available and freely accessible in the BCBtoolkit.

      Lieu : BSHM-A006

      Article

    • Mardi 17 mars 13:00-14:00 - Marianne Jover - Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l'Emotion, Université Aix-Marseille

      Quoi de commun entre apprendre à lire et apprendre à faire du vélo ? Éléments sur la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination

      Résumé : La dyslexie et le trouble développemental de la coordination sont deux troubles neurodéveloppementaux dont les caractéristiques sont très différentes mais qui apparaissent souvent de façon comorbide chez les jeunes patients. Ce constat suggère l’existence de mécanismes étiopathogéniques communs, hypothèse qui a déjà été avancée dans la littérature. Ainsi, par exemple, le modèle du développement cérébral atypique (Gilger & Kaplan, 2001), le modèle du déficit d’apprentissage procédural (Nicolson & Fawcett, 2007) ou le modèle du déficit multiple (Pennington, 2006) tentent d’expliquer la fréquence de la comorbidité classiquement décrite entre les troubles des apprentissages ou les troubles neurodéveloppementaux. Je présenterai et comparerai dans ce séminaire deux projets de recherches menés autour de la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination qui recourent à des méthodologies différentes. Le premier a consisté à analyser les performances motrices et de lecture, ainsi que différentes tâches graphomotrices dans une large cohorte d’enfants présentant un trouble des apprentissages au sens large du terme (doctorat Huau, 2015). La seconde, a contrario, repose sur l’analyse et la comparaison des performances graphomotrices d’enfants dyslexiques et/ou avec un trouble développemental de la coordination, inclus sur des critères très stricts (DYSTAC MAP Chaix et al., 2014).

      Lieu : Salle Jacques Cartier, RDC, Maison des Langues

      Article

    • Jeudi 19 mars 13:00-14:00 - Valérie Goffaux - Human vision science lab, Université de Louvain (Belgique)

      Faces are made of this… Contribution of Orientation and Spatial frequency when processing faces

      Résumé : Human visual perception results from a complex chain of processes, starting with the spatial frequency- and orientation-selective encoding of luminance in the primary visual cortex (V1). As the visual signals proceed in the visual system, increasingly more complex shape properties are coded, with several high-level regions specializing for selective categories such as faces, words, natural scenes. We know very little about how such high-level specialization builds upon primary encoding stages in V1.
      Our work combines multiple investigation techniques : psychophysics, electrophysiology (scalp EEG, ERP and steady-state), as well as neuroimaging (of V1 and high-level visual regions) and suggests that the specialization of face processing, though emerging at high-level stages of visual processing, roots into the processing of selective ranges of the primary orientation and SF information.
      These findings encourage the adoption of more integrative approaches to face perception, and vision in general, encompassing both low- and high-level visual mechanisms.

      Lieu : Salle Annie Génovèse (A6), Bâtiment Michel Dubois (ex. BSHM)

      Article

    • Mardi 31 mars 13:00-14:00 - Anne Kavounoudias - Laboratoire de Neurosciences Sensorielles et Cognitives (LNSC), Marseille

      [ANNULE] Perception multimodale du corps : avantages et bases neurales des interactions multisensorielles chez les adultes jeunes et âgés

      Résumé : La perception de notre corps, de ses mouvements et interactions avec l’environnement, est issue des nombreux messages sensoriels émanant de tous nos sens : vision, toucher, proprioception musculaire, audition… Cela soulève de nombreuses questions quant aux règles par lesquelles le cerveau combine les différentes sources sensorielles pour parvenir à une estimation optimale, ainsi que les bases neurales de cette intégration d’informations très distribuées, ou bien encore la modulation de ces processus intégratifs. Je rapporterai comment nous avons tenté de répondre à ces questions à partir d’illusions de mouvement induites en manipulant sélectivement différentes entrées sensorielles de manière isolée ou combinée par des approches psychophysiques et en imagerie cérébrale fonctionnelle (IRMf). De plus, tous les sens se détériorant progressivement avec l’âge, depuis la périphérie jusqu’aux centres nerveux, nous avons examiné les conséquences du vieillissement normal sur les processus intégratifs et les possibles réorganisations cérébrales associées. En testant les capacités discriminatives des personnes âgées dans des tâches de perception de mouvements de leur main ou de discrimination de textures, nous avons notamment constaté une repondération des informations sensorielles et une facilitation générale des processus intégratifs dès 65 ans. Au niveau cérébral, l’effondrement des processus inhibiteurs avec l’âge expliquerait les troubles perceptifs et la perte de sélectivité des activités cérébrales. Néanmoins, nous discuterons l’idée que les personnes âgées pourraient bénéficier de ce phénomène de dédifférenciation pour surmonter au moins partiellement les déclins sensoriels.

      Lieu : Bâtiment Michel Dubois (BSHM), salle A006

      Article

  • Séminaires Equipe Mémoire et développement

    • Mardi 3 mars 14:00-15:00 - Michel Thiebaut de Schotten - Brain Connectivity and Behaviour Laboratory, Sorbonne Universities

      The disconnectome

      Résumé : Patients with brain lesions provide a unique opportunity to understand the functioning of the human mind. However, even when focal, brain lesions have local and remote effects that impact functionally and structurally connected circuits. Similarly, function emerges from the interaction between brain areas rather than their sole activity. For instance, category fluency requires the associations between executive, semantic, and language production functions. Here, we provide, for the first time, a set of complementary solutions for measuring the impact of a given lesion on the neuronal circuits. Our methods, which were applied to 37 patients with a focal frontal brain lesions, revealed a large set of directly and indirectly disconnected brain regions that had significantly impacted category fluency performance. The directly disconnected regions corresponded to areas that are classically considered as functionally engaged in verbal fluency and categorization tasks. These regions were also organized into larger directly and indirectly disconnected functional networks, including the left ventral fronto-parietal network, whose cortical thickness correlated with performance on category fluency. The combination of structural and functional connectivity together with cortical thickness estimates reveal the remote effects of brain lesions, provide for the identification of the affected networks, and strengthen our understanding of their relationship with cognitive and behavioral measures. The methods presented are available and freely accessible in the BCBtoolkit.

      Lieu : BSHM-A006

      Article

    • Mardi 17 mars 13:00-14:00 - Marianne Jover - Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l'Emotion, Université Aix-Marseille

      Quoi de commun entre apprendre à lire et apprendre à faire du vélo ? Éléments sur la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination

      Résumé : La dyslexie et le trouble développemental de la coordination sont deux troubles neurodéveloppementaux dont les caractéristiques sont très différentes mais qui apparaissent souvent de façon comorbide chez les jeunes patients. Ce constat suggère l’existence de mécanismes étiopathogéniques communs, hypothèse qui a déjà été avancée dans la littérature. Ainsi, par exemple, le modèle du développement cérébral atypique (Gilger & Kaplan, 2001), le modèle du déficit d’apprentissage procédural (Nicolson & Fawcett, 2007) ou le modèle du déficit multiple (Pennington, 2006) tentent d’expliquer la fréquence de la comorbidité classiquement décrite entre les troubles des apprentissages ou les troubles neurodéveloppementaux. Je présenterai et comparerai dans ce séminaire deux projets de recherches menés autour de la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination qui recourent à des méthodologies différentes. Le premier a consisté à analyser les performances motrices et de lecture, ainsi que différentes tâches graphomotrices dans une large cohorte d’enfants présentant un trouble des apprentissages au sens large du terme (doctorat Huau, 2015). La seconde, a contrario, repose sur l’analyse et la comparaison des performances graphomotrices d’enfants dyslexiques et/ou avec un trouble développemental de la coordination, inclus sur des critères très stricts (DYSTAC MAP Chaix et al., 2014).

      Lieu : Salle Jacques Cartier, RDC, Maison des Langues

      Article

    • Jeudi 19 mars 13:00-14:00 - Valérie Goffaux - Human vision science lab, Université de Louvain (Belgique)

      Faces are made of this… Contribution of Orientation and Spatial frequency when processing faces

      Résumé : Human visual perception results from a complex chain of processes, starting with the spatial frequency- and orientation-selective encoding of luminance in the primary visual cortex (V1). As the visual signals proceed in the visual system, increasingly more complex shape properties are coded, with several high-level regions specializing for selective categories such as faces, words, natural scenes. We know very little about how such high-level specialization builds upon primary encoding stages in V1.
      Our work combines multiple investigation techniques : psychophysics, electrophysiology (scalp EEG, ERP and steady-state), as well as neuroimaging (of V1 and high-level visual regions) and suggests that the specialization of face processing, though emerging at high-level stages of visual processing, roots into the processing of selective ranges of the primary orientation and SF information.
      These findings encourage the adoption of more integrative approaches to face perception, and vision in general, encompassing both low- and high-level visual mechanisms.

      Lieu : Salle Annie Génovèse (A6), Bâtiment Michel Dubois (ex. BSHM)

      Article

    • Mardi 31 mars 13:00-14:00 - Anne Kavounoudias - Laboratoire de Neurosciences Sensorielles et Cognitives (LNSC), Marseille

      [ANNULE] Perception multimodale du corps : avantages et bases neurales des interactions multisensorielles chez les adultes jeunes et âgés

      Résumé : La perception de notre corps, de ses mouvements et interactions avec l’environnement, est issue des nombreux messages sensoriels émanant de tous nos sens : vision, toucher, proprioception musculaire, audition… Cela soulève de nombreuses questions quant aux règles par lesquelles le cerveau combine les différentes sources sensorielles pour parvenir à une estimation optimale, ainsi que les bases neurales de cette intégration d’informations très distribuées, ou bien encore la modulation de ces processus intégratifs. Je rapporterai comment nous avons tenté de répondre à ces questions à partir d’illusions de mouvement induites en manipulant sélectivement différentes entrées sensorielles de manière isolée ou combinée par des approches psychophysiques et en imagerie cérébrale fonctionnelle (IRMf). De plus, tous les sens se détériorant progressivement avec l’âge, depuis la périphérie jusqu’aux centres nerveux, nous avons examiné les conséquences du vieillissement normal sur les processus intégratifs et les possibles réorganisations cérébrales associées. En testant les capacités discriminatives des personnes âgées dans des tâches de perception de mouvements de leur main ou de discrimination de textures, nous avons notamment constaté une repondération des informations sensorielles et une facilitation générale des processus intégratifs dès 65 ans. Au niveau cérébral, l’effondrement des processus inhibiteurs avec l’âge expliquerait les troubles perceptifs et la perte de sélectivité des activités cérébrales. Néanmoins, nous discuterons l’idée que les personnes âgées pourraient bénéficier de ce phénomène de dédifférenciation pour surmonter au moins partiellement les déclins sensoriels.

      Lieu : Bâtiment Michel Dubois (BSHM), salle A006

      Article

  • Séminaires Equipe Langage

    • Mardi 3 mars 14:00-15:00 - Michel Thiebaut de Schotten - Brain Connectivity and Behaviour Laboratory, Sorbonne Universities

      The disconnectome

      Résumé : Patients with brain lesions provide a unique opportunity to understand the functioning of the human mind. However, even when focal, brain lesions have local and remote effects that impact functionally and structurally connected circuits. Similarly, function emerges from the interaction between brain areas rather than their sole activity. For instance, category fluency requires the associations between executive, semantic, and language production functions. Here, we provide, for the first time, a set of complementary solutions for measuring the impact of a given lesion on the neuronal circuits. Our methods, which were applied to 37 patients with a focal frontal brain lesions, revealed a large set of directly and indirectly disconnected brain regions that had significantly impacted category fluency performance. The directly disconnected regions corresponded to areas that are classically considered as functionally engaged in verbal fluency and categorization tasks. These regions were also organized into larger directly and indirectly disconnected functional networks, including the left ventral fronto-parietal network, whose cortical thickness correlated with performance on category fluency. The combination of structural and functional connectivity together with cortical thickness estimates reveal the remote effects of brain lesions, provide for the identification of the affected networks, and strengthen our understanding of their relationship with cognitive and behavioral measures. The methods presented are available and freely accessible in the BCBtoolkit.

      Lieu : BSHM-A006

      Article

    • Mardi 17 mars 13:00-14:00 - Marianne Jover - Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l'Emotion, Université Aix-Marseille

      Quoi de commun entre apprendre à lire et apprendre à faire du vélo ? Éléments sur la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination

      Résumé : La dyslexie et le trouble développemental de la coordination sont deux troubles neurodéveloppementaux dont les caractéristiques sont très différentes mais qui apparaissent souvent de façon comorbide chez les jeunes patients. Ce constat suggère l’existence de mécanismes étiopathogéniques communs, hypothèse qui a déjà été avancée dans la littérature. Ainsi, par exemple, le modèle du développement cérébral atypique (Gilger & Kaplan, 2001), le modèle du déficit d’apprentissage procédural (Nicolson & Fawcett, 2007) ou le modèle du déficit multiple (Pennington, 2006) tentent d’expliquer la fréquence de la comorbidité classiquement décrite entre les troubles des apprentissages ou les troubles neurodéveloppementaux. Je présenterai et comparerai dans ce séminaire deux projets de recherches menés autour de la comorbidité entre dyslexie et trouble développemental de la coordination qui recourent à des méthodologies différentes. Le premier a consisté à analyser les performances motrices et de lecture, ainsi que différentes tâches graphomotrices dans une large cohorte d’enfants présentant un trouble des apprentissages au sens large du terme (doctorat Huau, 2015). La seconde, a contrario, repose sur l’analyse et la comparaison des performances graphomotrices d’enfants dyslexiques et/ou avec un trouble développemental de la coordination, inclus sur des critères très stricts (DYSTAC MAP Chaix et al., 2014).

      Lieu : Salle Jacques Cartier, RDC, Maison des Langues

      Article

    • Jeudi 19 mars 13:00-14:00 - Valérie Goffaux - Human vision science lab, Université de Louvain (Belgique)

      Faces are made of this… Contribution of Orientation and Spatial frequency when processing faces

      Résumé : Human visual perception results from a complex chain of processes, starting with the spatial frequency- and orientation-selective encoding of luminance in the primary visual cortex (V1). As the visual signals proceed in the visual system, increasingly more complex shape properties are coded, with several high-level regions specializing for selective categories such as faces, words, natural scenes. We know very little about how such high-level specialization builds upon primary encoding stages in V1.
      Our work combines multiple investigation techniques : psychophysics, electrophysiology (scalp EEG, ERP and steady-state), as well as neuroimaging (of V1 and high-level visual regions) and suggests that the specialization of face processing, though emerging at high-level stages of visual processing, roots into the processing of selective ranges of the primary orientation and SF information.
      These findings encourage the adoption of more integrative approaches to face perception, and vision in general, encompassing both low- and high-level visual mechanisms.

      Lieu : Salle Annie Génovèse (A6), Bâtiment Michel Dubois (ex. BSHM)

      Article

    • Mardi 31 mars 13:00-14:00 - Anne Kavounoudias - Laboratoire de Neurosciences Sensorielles et Cognitives (LNSC), Marseille

      [ANNULE] Perception multimodale du corps : avantages et bases neurales des interactions multisensorielles chez les adultes jeunes et âgés

      Résumé : La perception de notre corps, de ses mouvements et interactions avec l’environnement, est issue des nombreux messages sensoriels émanant de tous nos sens : vision, toucher, proprioception musculaire, audition… Cela soulève de nombreuses questions quant aux règles par lesquelles le cerveau combine les différentes sources sensorielles pour parvenir à une estimation optimale, ainsi que les bases neurales de cette intégration d’informations très distribuées, ou bien encore la modulation de ces processus intégratifs. Je rapporterai comment nous avons tenté de répondre à ces questions à partir d’illusions de mouvement induites en manipulant sélectivement différentes entrées sensorielles de manière isolée ou combinée par des approches psychophysiques et en imagerie cérébrale fonctionnelle (IRMf). De plus, tous les sens se détériorant progressivement avec l’âge, depuis la périphérie jusqu’aux centres nerveux, nous avons examiné les conséquences du vieillissement normal sur les processus intégratifs et les possibles réorganisations cérébrales associées. En testant les capacités discriminatives des personnes âgées dans des tâches de perception de mouvements de leur main ou de discrimination de textures, nous avons notamment constaté une repondération des informations sensorielles et une facilitation générale des processus intégratifs dès 65 ans. Au niveau cérébral, l’effondrement des processus inhibiteurs avec l’âge expliquerait les troubles perceptifs et la perte de sélectivité des activités cérébrales. Néanmoins, nous discuterons l’idée que les personnes âgées pourraient bénéficier de ce phénomène de dédifférenciation pour surmonter au moins partiellement les déclins sensoriels.

      Lieu : Bâtiment Michel Dubois (BSHM), salle A006

      Article

Ajouter un événement