Recherche

Attentional CONTROL during word LEARNing
Porteuse:
Mathilde Fort

Doctorant
Jérémie Josse

Collaborateurs:
Joan Birulés
Louise Goupil
Julien Diard
Stephanie Bioulac



Dès 18 mois, le nombre de mots connus par un enfant s’accélère (explosion du vocabulaire). L’objectif de cette ANR JCJC est d’étudier les mécanismes impliqués dans ce phénomène. Dans ce projet, je postule qu’un de ces mécanismes est le développement du contrôle attentionnel lors de l’exploration des visages parlants. Notamment, regarder la bouche parlante de ses interlocuteurs permettrait de mieux encoder et retenir en mémoire les sons contenus dans les mots nouvellement appris. Or, les capacités de contrôle attentionnel sont largement immatures chez le nourrisson et l'enfant. Ma 1ere hypothèse est que le bénéfice lié à la présence des visages parlants ne devrait être visible que lorsque les mécanismes de contrôle attentionnels sont suffisamment développés pour permettre le début de l’explosion du vocabulaire, et devrait augmenter avec l’avancée en âge. Ma 2ème hypothèse est qu’une exploration atypique des visages parlants chez les enfants porteurs de troubles de langage oral (TLO), pourrait expliquer leurs difficultés d’apprentissage de mots. 
Dans la première partie, j’utilise l’oculométrie afin mesurer comment l’exploration visuo-attentionnelle d’enfants regardant des visages parlants masqués et non masqués impacte comment ils apprennent des mots nouveaux. J’évalue cette question chez le nourrisson au développement typique, au début (12 mois) et à différents stades d’amélioration de leurs compétences attentionnelles (24 et 36 mois) mais aussi chez l’enfant enfants porteurs de TLO (6-9 ans).
Dans la deuxième partie, j'adopte une approche de modélisation probabiliste. Cela devrait me permettre d’identifier quel.s mécanisme.s du contrôle attentionnel aux visages parlants sont immature.s ou atypique.s, expliquant de faibles performances en apprentissage de mots. Ce projet présente également des applications diverses, mais notamment en santé publique, sur le potentiel impact du port des masques sur le langage chez l’enfant. Enfin, en s’attaquant au verrou scientifique des mécanismes cognitifs de l’apprentissage, ce projet favorisera ma prise de responsabilité et la construction de mon équipe de recherche. 
 
Mis à jour le 18 novembre 2022