Accueil > Actualités

Soutenances de thèses

publié le , mis à jour le

Agenda

Soutenance de Thèse

  • Traitement neurocognitif des émotions au cours du vieillissement : étude de l’ « effet de positivité » et ses conséquences : Evaluations comportementales et électroencéphalographiques
    9 décembre 2013 - 14:00 - Nicolas Mathieu

    Résumé : Thèse présentée en vue de l’obtention du

    Doctorat de Psychologie Cognitive

    Par

    Nicolas Mathieu

    Sous la direction d’Aurélie CAMPAGNE , Stéphane BONNET et Edouard GENTAZ


    Membres du jury :
    - Dr Nathalie GEORGE, CRICM/CNRS , Université Pierre et Marie Curie, Paris
    - Pr. David SANDER, E3Lab, Université de Genève, Genève
    - Dr. Jean-Philippe LACHAUX, CRNL, Université de Lyon 1, Lyon
    - Dr. Stéphane BONNET, CEA-Leti, Grenoble
    - Pr. Edouard GENTAZ, FAPSE, Université de Genève, Genève
    - Dr. Aurélie CAMPAGNE, LPNC, Université Pierre Mendès France, Grenoble

    Lieu : Maison des Sciences de l'Homme (MSH-Alpes)


  • Caractérisation du traitement visuel de scènes naturelles émotionnelles : évaluations comportementales et en Imagerie par Résonance Magnétique fonctionnelle
    24 février 2014 - 14:00 - Benoît Fradcourt

    Résumé : Thèse présentée en vue de l’obtention du
    Doctorat de Psychologie Cognitive
    Par
    Benoît Fradcourt
    Sous la direction d’Aurélie CAMPAGNE et Monica BACIU
    Membres du jury :
    - Pr. Sylvie DROIT-VOLET, LAPSCO, Université Balise Pascal, Clermont-Ferrand
    - Dr. Nicolas POIREL, LaPsyDe, Université Paris-Descartes, Paris
    - Pr. Martial MERMILLOD, LPNC, Université Pierre Mendès France, Grenoble
    - Dr. Carole PEYRIN, LPNC, Université Pierre Mendès France, Grenoble
    - Pr. Monica BACIU, LPNC, Université Pierre Mendès France, Grenoble
    - Dr. Aurélie CAMPAGNE, LPNC, Université Pierre Mendès France, Grenoble


  • Controle adaptatif local dans un capteur de vision CMOS Local adaptive control in a sensor CMOS vision
    4 juillet 2014 - 10:00 - Hassan ABBASS - Grenoble INP

    Résumé : Sous la direction de Gilles SICARD et David Alleyson
    Pour en savoir plus : https://www.adum.fr/script/detailSout.pl?mat=37114&moisAffich=enCours&site_temp=&menu_transparent=oui&site=edeeats

    Lieu : Amphi Gosse - Grenoble INP 46 Avenue Felix Viallet 38000 Grenoble


  • COSMO : un modèle bayésien des interactions sensori-motrices dans la perception de la parole
    8 octobre 2014 - 14:30 - Raphaël LAURENT - Université de Grenoble, spécialité informatique ED MSTII “Mathématiques, Sciences et Technologies de l'Information, Informatique"

    Résumé : Si la parole est une faculté dont l’usage nous semble tout à fait naturel, il reste toutefois beaucoup à comprendre sur la nature des représentations et des processus cognitifs qui la gouvernent. Au coeur de cette thèse se trouve la question des interactions entre perception et action dans la production et la perception de syllabes. Nous adoptons le cadre de la programmation bayésienne au sein duquel nous définissons mathématiquement le modèle COSMO (pour "Communicating Objects using Sensori-Motor Operations"), qui permet de formaliser et d’étudier quantitativement les théories de la communication parlée. Nous mettons en évidence des conditions idéales d’apprentissage sous lesquelles les théories motrice et auditive sont indistinguables. Pour s’en éloigner, nous proposons un algorithme d’apprentissage sensorimoteur "par accommodation", qui permet de s’adapter au bain acoustique ambiant tout en développant des idiosyncrasies. Nous discutons les dynamiques d’évolution ainsi que la robustesse aux dégradations des modèles appris.

    Lieu : Amphitéâtre de la Maison des Sciences de l'Homme1221 avenue centrale - Domaine universitaire - St Martin d’Hères

    Notes de dernières minutes : MEMBRES DU JURY BESSIÈRE Pierre, DR CNRS, Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique DIARD Julien, CR CNRS, Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition DUPOUX Emmanuel, professeur EHESS, Laboratoire de Sciences Cognitives et Psycholinguistique LAPRIE Yves, DR CNRS, Laboratoire lOrrain de Recherche en Informatique et ses Applications MOORE Roger, Chair of Spoken Language Processing, University of Sheffield OUDEYER Pierre-Yves, DR CNRS, Institut National de Recherche en Informatique et en Automatique PERRIER Pascal, professeur INP, GIPSA-Lab - Département Parole et Cognition SCHWARTZ Jean-Luc, DR CNRS, GIPSA-Lab - Département Parole et Cognition


  • L’influence des contraintes physiques et sociales des actions sur la perception visuelle de l’espace
    21 novembre 2014 - 13:30 - Nicolas MORGADO

    Résumé :  : Les actions que les individus réalisent dans leur vie quotidienne sont soumises à un ensemble de contraintes physiques et sociales qui donnent un cadre à leur réalisation. Le but de cette thèse était d’apporter des arguments empiriques en faveur d’une approche intégrative selon laquelle ces contraintes influencent la perception visuelle de l’espace. Nous avons pour cela réalisé deux études comportementales sur l’influence des contraintes physiques sur la perception des distances (Articles 1 et 2) et une étude sur la perception d’une de ces contraintes (Article 3). Nous avons également réalisé trois études comportementales sur l’influence des contraintes sociales sur la perception de l’espace et des possibilités d’action (Articles 4, 5 et 7) ainsi qu’une simulation en robotique pour étudier davantage une de ces contraintes (Article 6). À première vue, nos résultats semblent indiquer que les contraintes des actions influencent la perception de l’espace. Cependant, des limites méthodologiques nous incitent à nuancer cette interprétation dans la mesure où certains de nos résultats pourraient refléter des biais de demande expérimentale plutôt que des effets perceptifs.

    Lieu : Université Pierre Mendès-France, Bâtiment Sciences de l'Homme et Mathématiques (BSHM), Campus Universitaire de Saint-Martin d'Hères. Salle des Colloques.

    Notes de dernières minutes : Jury : Yann COELLO (rapporteur), Professeur à l’Université de Lille 3, Directeur de l’Unité de recherche en Sciences Cognitives et Affective ; François RIC (rapporteur et président), Professeur à l’Université de Bordeaux, Laboratoire de Psychologie, Santé et Qualité de Vie ; Denis BROUILLET (examinateur), Professeur à l’Université Paul Valéry, Montpellier, Laboratoire EPSYLON ; Rémy VERSACE (examinateur), Professeur à l’Université de Lyon 2, Laboratoire d’Étude des Mécanismes Cognitifs ; Édouard GENTAZ (co-directeur de thèse), Professeur ordinaire, Université de Genève, Directeur de Recherche (DR2) au CNRS ; Richard PALLUEL-GERMAIN (co-directeur de thèse), Maître de Conférences, Université de Grenoble, Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition. École doctorale : EDISCE.


  • Polyhandicap et Evaluation cognitive : apports du Paradigme d’Habituation Visuelle
    2 décembre 2014 - 14:00 - Mélissa CHARD

    Résumé : Le polyhandicap est la conséquence d’une atteinte massive et précoce du Système Nerveux Central. Les personnes polyhandicapées présentent donc des difficultés motrices sévères ainsi qu’une déficience intellectuelle profonde, leur QI étant statistiquement estimé comme étant inférieur à 20. Aujourd’hui, nous ne savons que très peu de choses sur la vie cognitive des personnes polyhandicapées, et sur la manière unique et originale dont chacune d’entre elles construit ses connaissances sur le monde et développe ses propres compétences. Si l’étude et la compréhension du développement de l’enfant et du jeune polyhandicapé peut s’adosser sur les modèles et outils d’évaluation issus de la psychologie du développement, l’appréhension de sujets adultes reste, en revanche, très peu balisée. Ceci serait principalement lié au fait que chaque personne polyhandicapée présente des restrictions motrices importantes, une absence de communication symbolique et un répertoire de réponses comportementales dont l’interprétation va rester soumise à une importante variabilité inter-observateurs. L’objectif de ce projet de recherche est de mettre au point une méthode d’étude des compétences cognitives des personnes polyhandicapées de tout âge qui puisse tenir compte à la fois des spécificités liées à leurs handicaps multiples, tout en favorisant un cadre d’interprétation objectif des réponses comportementales de chaque personne. Pour cela, nous nous sommes donc inspirés des études menées chez des nourrissons âgés de quelques mois basées sur le Paradigme d’Habituation Visuelle. Ce travail de thèse a donc, dans un premier temps, consisté à étudier les conditions d’application d’une telle approche auprès d’un public de personnes polyhandicapées, puis à étudier le domaine de compétence spécifique qu’est la perception des quantités. Les données obtenues nous ont, par ailleurs, conduit à réfléchir de manière plus globale sur la manière dont ces personnes peuvent construire leurs connaissances en l’absence d’action directe sur les objets de leur environnement.

    Lieu : l'Amphi 1900 à Chambéry Jacob Bellecombette

    Notes de dernières minutes : directeur/co-directeur du travail pérsenté : Martine Bouvard et Jean-Luc Roulin * Ecole Doctorale d’inscription : EDISCE


  • DYSFONCTIONNEMENT FRONTO-LIMBIQUE DANS LE TROUBLE BIPOLAIRE ET APPORTS DES INTERVENTIONS THÉRAPEUTIQUES PSYCHOSOCIALES : APPROCHE EN IRM MULTIMODALE.
    4 décembre 2014 - 14:00 - Pauline FAVRE

    Résumé : Le trouble bipolaire (TB) est un trouble sévère de l’humeur caractérisé par l’alternance d’épisodes de dépression, d’euphorie (manie) et de rémission. Récemment, la psychoéducation, une intervention thérapeutique structurée et spécifique, s’est montrée très efficace dans la stabilisation des symptômes chez les patients bipolaires. L’objectif de cette thèse est d’une part de préciser les anomalies cérébrales sous-jacentes au TB et d’autre part, d’évaluer si la psychoéducation peut moduler ces anomalies. Nous avons montré que des déficits d’activation et de connexion des régions cérébrales impliquées dans la régulation émotionnelle pouvaient sous-tendre le TB et que ces déficits pouvaient être atténués suite à la participation à un programme de psychoéducation. Ce travail de thèse met en évidence une possibilité de plasticité cérébrale chez les patients bipolaires grâce à des interventions thérapeutiques structurées et spécifiques et ouvre d’intéressantes perspectives pour leur développement.

    Lieu : Amphi MSH Alpes

    Notes de dernières minutes : Jury : Rapporteurs : Pr Philippe FOSSATI (Hopital de La Salpêtrière - Centre Emotion, CNRS USR 3246, Paris, France) et Pr Patrick VUILLEUMIER (Université de Genève, Département des Neurosciences fondamentales, Genève, Suisse). Examinateurs : Dr Chantal DELON-MARTIN (Institut des neurosciences de Grenoble, INSERM U836, Grenoble, France) et Dr Josselin HOUENOU (Neurospin, CEA Sacley - Hôpital Henri Mondor-Albert Chenevier, INSERM U955, Paris, France). Directeurs de thèse : Pr Monica BACIU (Université Grenoble Alpes, LPNC UMR CNRS 5105, Grenoble, France) et Pr Mircea POLOSAN (CHU de Grenoble – Institut des Neurosciences de Grenoble, INSERM U836, France).


  • La relation entre mémoire de travail et cognition de haut niveau : une approche par les stratégies
    5 décembre 2014 - 13:30 - Noémylle THOMASSIN

    Résumé : Les différences interindividuelles en mémoire de travail (MDT) ont un lien stable et largement documenté avec la performance dans les tâches de cognition de haut niveau. Dans la mesure où l’utilisation de stratégies efficaces joue un rôle aussi bien dans les tâches de MDT que de cognition de haut niveau, on peut faire l’hypothèse que les stratégies médiatisent le lien entre ces deux construits. De fait, certaines données suggèrent que le comportement stratégique au sein de tâches de cognition de haut niveau pourrait être en lien avec la capacité de MDT. L’objectif de ce travail de thèse était d’évaluer ce lien de façon plus poussée. Cette approche nous a conduit à deux résultats particulièrement significatifs. Le premier concerne le développement et la formalisation du paradigme de Hard Fall Effect (HFE), défini comme étant la chute de performance plus importante en situation de double tâche pour les participants avec une forte capacité de MDT. L’hypothèse sous-jacente à cet effet est que ces participants utilisent des stratégies afin d’améliorer leurs performances en situation de simple tâche, et que la situation de double tâche perturbe l’utilisation de ces stratégies. Au cours de ce travail, le HFE a notamment été mis en évidence dans une tâche de mémoire visuospatiale, et a pu être attribué à l’utilisation de stratégies d’encodage plus efficaces par les participants avec une forte capacité de MDT au sein de tâches de mémoire complexes. Notre second résultat significatif correspond au test direct de l’hypothèse de médiation du lien entre MDT et cognition de haut niveau par l’utilisation de stratégies efficaces en cognition de haut niveau. Nous avons montré que lorsqu’on contrôle la variance associée à l’utilisation de stratégies efficaces dans la tâche des Matrices Avancées de Raven, la relation entre capacité de MDT et intelligence fluide diminue. Dans l’ensemble, ces deux résultats permettent de renforcer l’idée selon laquelle le comportement stratégique impliqué dans les tâches de cognition de haut niveau intervient dans la relation entre MDT et cognition de haut niveau.

    Lieu : amphi 19000 sur le campus de Jacob

    Notes de dernières minutes : directeur : Pr. Michel Guerraz co-directeur : Dr. Jean-Luc Roulin Examinateur : Pr. Anik de Ribaupierre Examinateur : Pr. Daniel Gaonac’h Membre du jury : Pr. Paulette Rozencwajg


  • Contrôle cognitif en mémoire de travail : une approche différentielle dans le cadre du modèle à Deux Mécanismes de Contrôle
    12 décembre 2014 - 14:00 - Corentin GONTHIER

    Résumé : On suppose généralement qu’une bonne mémoire de travail est associée à
    un contrôle cognitif efficace ; malheureusement, cette hypothèse est
    difficile à tester en l’absence d’opérationnalisation fiable de la
    notion de contrôle cognitif. L’objectif de ce travail de thèse était
    d’appliquer un modèle spécifique du contrôle cognitif, le modèle des
    Dual Mechanisms of Control (DMC), à la compréhension du lien entre
    mémoire de travail et contrôle cognitif. Le modèle DMC propose qu’il
    existe deux mécanismes d’implémentation du contrôle cognitif : un
    mécanisme réactif, qui consiste à attendre l’apparition d’un évènement
    pour engager le contrôle au moment où il devient nécessaire, et un
    mécanisme proactif, qui consiste à mettre en place un contrôle
    anticipatoire avant l’apparition de l’évènement-cible. Notre thèse était
    que les participants à forte mémoire de travail ont une tendance plus
    importante à utiliser le mécanisme de contrôle proactif, ce qui entraîne
    un contrôle cognitif globalement plus efficace.
    A travers une série de dix études, nous avons testé cette thèse en
    utilisant une approche différentielle consistant à mettre en relation la
    capacité en mémoire de travail avec la tendance à utiliser le contrôle
    proactif. Le contrôle proactif a été évalué grâce à une combinaison
    d’indicateurs comportementaux classiques et d’outils de neuro-imagerie.
    Les résultats n’ont pas révélé de lien univoque entre mémoire de travail
    et tendance à mettre en place un contrôle proactif. Ces résultats
    entrent partiellement en contradiction avec la littérature et suggèrent
    que le lien entre mémoire de travail et contrôle cognitif ne peut pas
    être décrit sous la forme d’une tendance des participants à forte
    mémoire de travail à utiliser un mécanisme de contrôle plus efficace.
    Jury :
    Monica Baciu (directrice - LPNC UPMF)
    Jean-Luc Roulin (co-directeur - LPNC UDS)
    Jacques Juhel (rapporteur - Université de Rennes)
    Pierre Barrouillet (rapporteur - Université de Genève)
    Pascal Hot (LPNC UDS)
    Todd Braver (Washington University in Saint Louis)

    Lieu : Amphi MSH Alpes

    Notes de dernières minutes : sous la direction de Monica BACIU, Jean-Luc ROULIN Ecole Doctorale EDISCE


  • 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Ajouter un événement iCal