Accueil > Actualités

Soutenances de thèses

publié le , mis à jour le

Agenda

Soutenance de Thèse

  • Autoritarisme de droite et changement d’attitude dans le conditionnement évaluatif
    22 novembre 2018 - 14:00 - Amélie Bret

    Résumé : L’ autoritarisme de droite (Right Wing Authoritarianism ; RWA) est une co-variation du
    conservatisme social, du traditionalisme et de l’autoritarisme. Une des caractéristiques du RWA est
    une moindre malléabilité des attitudes dans le temps. Cependant, ce lien entre RWA et rigidité des
    attitudes a été très majoritairement observé dans le cadre de l’étude des relations inter-groupes. Ces
    études se concentrent sur le lien entre le RWA et le changement d’attitude envers des groupes réels.
    Si l’intérêt de ces travaux est indéniable, il n’est pas possible d’y examiner la formation et le
    changement d’attitude de manière contrôlée. En effet, l’étude des groupes sociaux réels implique
    des effets de contexte ou des préconceptions sociales dans la formation et le changement d’attitude.
    Dans cette thèse, nous nous intéressons à la compréhension du RWA dans le changement d’attitude
    au sein d’un cadre standardisé et contrôlé : le conditionnement-contre-conditionnement évaluatif. À
    travers 11 expériences, nous avons testé si le RWA prédisait un plus faible changement d’attitude
    envers des stimuli nouveaux et artificiels. Nous avons alors pu observer que le RWA est
    négativement associé à la sensibilité au contre-conditionnement. Cet effet, présent dans la grande
    majorité de nos expériences, a été modulé en fonction des caractéristiques du conditionnement-
    contre-conditionnement. Plus précisément, la quantité d’informations contre-attitudinales
    disponibles, la présence d’instructions ou encore la diminution des ressources attentionnelles
    modulent le lien entre RWA et changement d’attitude. Dans l’ensemble, ces résultats corroborent
    l’hypothèse d’un plus faible changement d’attitude lié au RWA pour des stimuli nouveaux et artificiels.

    Lieu : BSHM - Salle A6
    1251 av Centrale
    Domaine universitaire
    St Martin d’Hères 38400

    Notes de dernières minutes : Jury :
    Dr. Jessica Mange
    Pr. Armand Chatard
    Dr. Armelle Nugier
    Pr. Dominique Muller
    Directeurs : Martial Mermillod & Olivier Corneille


  • Soutenance de thèse
    30 novembre 2018 - 14:00 - Elena HOYAU

    Résumé : Résumé
    Lors du vieillissement sain, et malgré une augmentation de la fréquence d’apparition du manque du mot, les personnes âgées manifestent une préservation des performances comportementales de dénomination orale d’objets (DO). De ce fait, nous faisons l’hypothèse que les personnes âgées mettent en place des stratégies efficaces de récupération et de sélection de l’information lexicale. Dans ce travail de thèse, nous avons utilisé une approche méthodologique multimodale afin d’évaluer la nature de ces stratégies. Nous nous sommes plus spécifiquement intéressés aux mécanismes de réorganisation cérébrale ainsi qu’aux activités sociales comme facteur de réserve cognitive. Ce travail de thèse se décompose en cinq études et aborde une perspective homogène (effet de l’âge) et hétérogène (effet des performances) du vieillissement. Nos résultats mettent en évidence l’existence de différents mécanismes de compensation associés au vieillissement sain. Tout d’abord, nous observons que les personnes âgées sont plus lentes que les jeunes adultes lors de la DO, mais obtiennent un taux de précision similaire. D’après la perspective homogène, le maintien des performances de DO s’expliquerait par le recrutement d’une stratégie de nature sémantique. Au niveau cérébral, nous observons une augmentation de l’asymétrie intra-hémisphérique gauche des régions temporo-pariétales chez les personnes âgées, ainsi qu’un transfert de la connectivité normalement observée du gyrus frontal inférieur (GFI) gauche sur le gyrus temporal latéral au gyrus temporal médial gauche. D’après la perspective hétérogène, le maintien des performances de DO s’expliquerait par l’utilisation d’une stratégie de nature exécutive qui se reflète par une réduction de l’asymétrie inter-hémisphérique frontale chez les personnes âgées dont les temps de réponse de DO sont courts. Par ailleurs, nous proposons que l’encodage lexico-phonologique module également le taux de précision de DO, au regard du lien entre la connectivité effective du GFI gauche sur le gyrus temporal supérieur gauche et le taux de précision de DO. Enfin, nous observons une relation significative entre la fréquence de participation aux activités sociales (collectives) et les performances de DO. Cette relation est partiellement médiée au niveau cérébral par l’activité du gyrus frontal supérieur médian gauche via un mécanisme de réserve neurale. Sur la base de nos résultats, nous proposons un modèle neurocognitif des stratégies de récupération et de sélection de l’information lexicale, utilisant une approche multimodale et plurifactorielle du vieillissement sain.
    Mots-clefs : vieillissement sain, dénomination orale d’objets, stratégies cognitives, traitement sémantique, fonctionnement exécutif, imagerie cérébrale, réserve cognitive.

    Lieu : Bâtiment IMAG, Auditorium

    Notes de dernières minutes : Jury : Monica Baciu, Université Grenoble Alpes, directrice de thèse Laurence Taconnat, Université Tours, rapporteur Emmanuel Mellet, Université Bordeaux, rapporteur Stéphanie Mathey, Université Bordeaux, examinateur Pascal Hot, Université Savoie Mont Blanc, examinateur


  • Soutenance de thèse Bertille SOMON
    4 décembre 2018 - 00:00 -


  • Soutenance de thèse Mélody MAILLIEZ
    7 décembre 2018 - 00:00 -


  • Auteurs de violence sexuelle sur enfants : développement de lignes directrices d’évaluation clinique avant prise en charge par thérapie comportementale et cognitive
    19 décembre 2018 - 09:00 - Marie THOMAS

    Résumé : Résumé
    Il existe un décalage important entre le nombre de personnes contraintes à des soins et celui de psychothérapeutes spécialisés dans cette prise en charge. L’objectif de la loi est très clair : inciter aux soins dans le but de prévenir la récidive. Pour y parvenir, les facteurs de risque statiques et dynamiques devraient être considérés ce qui nécessite une formation spécialisée en criminologie. L’objectif de cette recherche est de mettre en évidence, d’une part les éléments principaux à évaluer avant toute prise en charge par thérapie comportementale et cognitive, et d’autre part à sélectionner des outils qui permettent une meilleure évaluation des auteurs de violence sexuelle sur enfants (AVSE).
    Méthode : un entretien semi-structuré a été développé pour obtenir une conceptualisation et une contextualisation générales des violences sexuelles sur les enfants. Cet entretien, associé à une évaluation des troubles mentaux et de personnalité, a été évalué auprès de 19 hommes condamnés par la justice française pour des crimes et délits commis à l’encontre de mineurs de moins de quinze ans. Dans une seconde étude, nous avons étudié la désirabilité sociale (DS) et les trois dimensions de la personnalité (extraversion, névrosisme et psychoticisme) dans ce même groupe d’AVSE. Dans la mesure où nous ne disposions pas de normes françaises à l’échelle de DS, nous avons étudié cette variable dans un groupe de 418 sujets issus de la population générale. Nous avons comparé les résultats des 19 AVSE avec ceux de deux groupes contrôles : des sujets violents (n=19) et non violents (n=19). Notre troisième étude nous a permis d’analyser l’activation de schémas précoces inadaptés (SPI) dans notre échantillon clinique et de comparer ces résultats à nos deux groupes contrôles.
    Résultats : la première étude nous a permis de définir les éléments importants à évaluer par tout professionnel du soin formé en thérapie comportementale et cognitive : les expériences d’adversité vécues pendant l’enfance, l’estime de soi, la sphère émotionnelle, l’assertivité, la sexualité normale, la vision négative passée de la conjointe et de la femme, le rapport à autrui, les théories implicites et les schémas cognitifs. L’étude de la DS en population générale nous a fourni des valeurs de référence de la version francophone de l’outil. Notre première hypothèse (les scores des AVSE à l’échelle de DS sont supérieurs à ceux des sujets non violents) est validée. Notre seconde hypothèse (les scores des AVSE à l’échelle de DS sont supérieurs à ceux de sujets violents) n’est pas validée. Concernant les SPI, notre première hypothèse (les AVSE ont des scores plus élevés à l’échelle que les sujets non violents) est validée et notre deuxième hypothèse (les AVSE obtiennent des scores plus élevés que les sujets non violents aux SPI surcontrôle émotionnel, isolement social, méfiance/abus, abandon/instabilité, assujetissement et imperfection/honte est validée partiellement.
    Discussion : la conceptualisation de la problématique de l’AVSE avant une prise en charge comprend les neuf éléments retenus à partir de l’analyse de contenu des entretiens. Nos trois études nous ont permis de préconiser également l’évaluation des besoins fondamentaux, des buts, des valeurs associés et les stratégies de résolution de problème. Une mesure de la qualité de vie serait un atout. Associés à ces variables, plusieurs outils d’évaluation se sont révélés pertinents : l’entretien structuré MINI International Neuropsychiatric Interview pour évaluer les troubles mentaux, le Personnality Disorder Questionnaire 4+ pour évaluer les troubles de personnalité, l’échelle abrégée de désirabilité sociale forme C et le Young Schema Questionnaire-Short form 3 pour étudier les SPI. Nous recommandons l’Eysenck Personality Questionnaire Revised pour évaluer les trois dimensions de la personnalité et l’échelle auto-rapportée Self-Report Psychopathy Scale-III pour évaluer les quatre facettes de la psychopathie.
    Mots-clefs : auteurs de violence sexuelle sur enfants, entretien semi structuré, désirabilité sociale, schémas précoces inadaptés.

    Lieu : USMB - Salle 19002 19002

    Notes de dernières minutes : Membres du Jury :
    Professeur Martine BOUVARD, directrice de thèse, Université Jacob Bellecombette
    Professeur Stéphane RUSINEK, co-directeur de thèse, Université Charles de Gaulle Lille 3
    Professeur Lucia ROMO, Rapporteur, Université de Paris X-Nanterre
    Professeur Abden Halim BOUDOUKHA, Rapporteur, Université de Nantes
    Professeur Pierluigi GRAZIANI, Université de Nîmes
    Docteur Abdessalem YAHYAOUI, Université Jacob Bellecombette


  • Conception et évaluation d’Evasion, un logiciel éducatif d’entraînement des capacités d’attention visuelle impliquées en lecture
    22 janvier 2019 - 13:00 - Svetlana Meyer

    Résumé : Apprendre à lire est une activité complexe qui s’appuie sur différentes capacités cognitives, dont l’attention visuelle. Absente des programmes scolaires, le rôle de l’attention visuelle pour l’apprentissage de la lecture est pourtant largement documenté dans la littérature scientifique. Dans cette thèse, nous avons donc conçu un logiciel éducatif original d’entraînement de l’attention visuelle, Evasion, et évalué l’impact de son utilisation au sein de la classe.
    Pour ce faire, une revue de littérature a été menée pour identifier plus précisément quelles sont les dimensions de l’attention visuelle impliquées en lecture et comment les entraîner au mieux. Un cadre conceptuel théorique que nous avons développé permet d’interpréter ces éléments et suggère que les dimensions à cibler sont la quantité totale d’attention visuelle et sa dispersion dans l’espace. Ces deux dimensions semblent particulièrement bien entraînées par les jeux vidéo d’action, dont l’effet sur l’attention visuelle a été lui aussi expliqué dans le cadre de notre modèle.
    Pour les entraîner au mieux au sein d’Evasion, nous avons mêlé les tâches, dont l’effet sur ces dimensions a été validé, avec les propriétés des jeux vidéo d’action. Notre logiciel prend la forme de quatre mini-jeux, dont les propriétés s’ajustent au niveau de l’élève grâce à un algorithme d’adaptation de la difficulté développé par notre équipe. Evasion devait être utilisé en classe pendant 10 h au total, à raison de 3 sessions hebdomadaires de 20 minutes. L’expérimentation a porté sur 730 élèves de CP répartis en deux groupes d’entraînement. Les deux groupes étaient appariés quant à leurs compétences cognitives avant entraînement. En post-entraînement, les performances du groupe Evasion ont été comparées à celles du groupe contrôle, qui recevait un entraînement de la compréhension orale en anglais.
    Les résultats de cette expérience écologique montrent que les capacités d’attention visuelle et de lecture ne progressent pas davantage suite à l’utilisation d’Evasion que suite à l’utilisation d’un entraînement contrôle. Des analyses supplémentaires révèlent que le protocole a été peu suivi en classe, et que le temps d’entraînement est un facteur expliquant l’amplitude de l’amélioration des dimensions attentionnelles ciblées. Par ailleurs, il semblerait que les entraînements proposés aient été trop faciles. Ces résultats ouvrent de nouvelles perspectives sur les améliorations à apporter à notre logiciel et, plus généralement, sur les conditions de mise en \oe uvre d’expériences écologiques dont les besoins sont spécifiques.

    Lieu : BSHM Salle A06 - 1251 Avenue Centrale
    Domaine Universitaire
    St Martin d’Hères

    Notes de dernières minutes : Composition du jury : Michel FAYOL, Professeur émérite, Rapporteur
    Eric SIÉROFF, Professeur des Universités, Rapporteur
    Daphné BAVELIER, Professeure, Examinatrice
    Edouard GENTAZ, Professeur, Examinateur
    Pierre-Yves OUDEYER, Directeur de Recherche, Examinateur


  • Soutenance de thèse Ladislas NALBORCZYK
    18 octobre 2019 - 09:00 - Ladislas NALBORCZYK

    Résumé : Les ruminations mentales sont majoritairement exprimées sous forme verbale et il a été proposé de les considérer, par conséquent, comme une forme dysfonctionnelle de parole intérieure (i.e., production mentale de parole). D’autre part, les recherches sur la psychophysiologie de la parole intérieure ont révélé que les processus neuronaux impliqués dans la parole à voix haute et dans la parole intérieure sont similaires. Ces observations sont cohérentes avec l’idée que certaines formes de parole intérieure pourraient être considérées comme une forme de simulation de la parole à voix haute, de la même manière que certaines actions imaginées peuvent être considérées comme le résultat d’une simulation de l’action correspondante (par exemple, marcher et s’imaginer en train de marcher). En d’autres termes, l’hypothèse de la simulation motrice suggère que le système moteur de la parole devrait également être impliqué lors de la production de parole intérieure. L’hypothèse corollaire peut être formulée, selon laquelle la production de parole intérieure (et de ruminations) devrait être perturbée par une perturbation du système moteur de la parole. Nous avons mené une série de cinq études visant à sonder le rôle du système moteur de la parole dans les ruminations. Dans l’ensemble, nos résultats soulignent que, bien que la rumination verbale puisse être considérée comme une forme de parole intérieure, elle ne semble pas recruter spécifiquement le système moteur de la parole. Plus précisément, nous soutenons que la rumination peut être considérée comme une forme de parole intérieure particulièrement condensée, qui s’exprimerait sous la forme d’une représentation phonologique, et dont les traits articulatoires ne seraient pas complètements spécifiés. Nous faisons le lien entre ces résultats et l’hypothèse théorique du cadre “habitude-but” de la rumination dépressive et nous discutons de leurs implications pour les théories de la production de parole intérieure.
    Mots-clés : ruminations ; parole intérieure ; imagerie motrice ; électromyographie ; suppression articulatoire
    Abstract
    Rumination is known to be a predominantly verbal process and has been proposed to be considered as such as a dysfunctional form of inner speech (i.e., the silent production of words in one’s mind). On the other hand, research on the psychophysiology of inner speech revealed that the neural processes involved in overt and covert speech tend to be very similar. This is coherent with the idea that some forms of inner speech could be considered as a kind of simulation of overt speech, in the same way as imagined actions can be considered as the result of a simulation of the corresponding overt action (e.g., walking and imagined walking). In other words, the motor simulation hypothesis suggests that the speech motor system should be involved as well during inner speech production. The corollary hypothesis might be drawn, according to which the production of inner speech (and rumination) should be disrupted by a disruption of the speech motor system. We conducted a series of five studies aiming to probe the role of the speech motor system in rumination. Overall, our results highlight that although verbal rumination may be considered as a form of inner speech, it might not specifically involve the speech motor system. More precisely, we argue that rumination might be considered as a particularly strongly condensed form of inner speech that does not systematically involve fully specified articulatory features. We discuss these findings in relation to the habit-goal framework of depressive rumination and we discuss the implications of these findings for theories of inner speech production.
    Key-words : rumination ; inner speech ; motor imagery ; electromyography ; articulatory suppression
    Jury :
    Pr. Céline Douilliez
    Pr. Aymeric Guillot
    Dr. Maëva Garnier
    Dr. Benjamin Alderson-Day
    Pr. Robert Hartsuiker
    Directeurs : Dr. Hélène Lœvenbruck, Pr. Ernst Koster
    Co-directeur : Dr. Marcela Perrone-Bertolotti

    Notes de dernières minutes : Salle Jacques Cartier, Maison des Langues et des Cultures, 1141 Avenue Centrale, 38610 Gières, France


  • Soutenances de thèses
    11 décembre 2019 - 09:30 - Emilie GINESTET CARAIL

    Résumé : ésumé :
    Dans cette thèse, nous étudions le rôle de l’attention visuelle lors de l’acquisition, par un lecteur expert, de nouvelles connaissances lexicales orthographiques. Notre contribution est double. D’une part, nous développons un nouveau modèle computationnel, probabiliste d’apprentissage orthographique. Notre modèle, nommé BRAID-Learn, est une extension de BRAID, un modèle probabiliste hiérarchique de la reconnaissance visuelle de mots et de décision lexicale. D’autre part, nous apportons des données expérimentales originales sur l’évolution des mouvements oculaires lors de l’apprentissage incident de formes orthographiques nouvelles et démontrons la capacité du modèle à rendre compte de ces observations. Notre contribution est décrite dans trois articles.
    Dans le premier article, nous simulons l’effet de longueur tel qu’observé expérimentalement pour les mots en décision lexicale dans le French Lexicon Project. À travers 5 simulations, nous montrons que l’attention visuelle module l’effet de longueur et que réaliser plusieurs fixations attentionnelles lors du traitement des mots longs (à partir de 7 lettres) réduit l’effet de longueur au lieu de l’accentuer. Cette étude nous permet de calibrer les paramètres du sous-module de décision lexicale de notre modèle d’apprentissage.
    Le second article porte sur l’étude expérimentale du comportement oculomoteur de lecteurs adultes experts lors de l’apprentissage incident de mots nouveaux. Nous montrons que le nombre de fixation et la durée de traitement évoluent en fonction du nombre d’exposition avec un nouveau mot, témoignant du renforcement progressif de sa représentation orthographique en mémoire. Des données exploratoires suggèrent qu’apprentissage orthographique et comportements oculomoteurs sont également modulés par les capacités visuo-attentionnelles des participants.
    Dans le troisième et dernier article, nous présentons le modèle d’apprentissage BRAID-Learn et testons sa capacité à rendre compte des données oculomotrices précédemment décrites en condition d’apprentissage orthographique. Le modèle repose sur deux hypothèses originales. La première est que le système contrôle les paramètres visuo-attentionnels afin d’optimiser l’accumulation d’information perceptive sur l’identité des lettres du stimulus et, donc, de construire efficacement une nouvelle trace orthographique pendant l’apprentissage. La seconde hypothèse est que la familiarité lexicale, c’est-à-dire, la probabilité que le stimulus présenté soit un mot connu, module l’influence descendante des représentations lexicales sur la perception des lettres. Nous montrons que le modèle reproduit avec succès les observations, c’est-à-dire la diminution du nombre de fixations et du temps de traitement pour les mots nouveaux au fil des répétitions.
    BRAID-Learn est le premier modèle d’apprentissage orthographique à établir un lien explicite entre acquisition orthographique et mouvements oculomoteurs en condition d’apprentissage incident. Une autre contribution importante de cette thèse est de montrer et préciser le rôle de l’attention visuelle dans l’apprentissage orthographique, suggérant que cette dimension pourrait être fortement impliquée dans le passage du mode de lecture analytique caractéristique de l’apprenant au mode de lecture global qui caractérise le lecteur expert.
    Le jury sera composé de :
    Madame Fabienne CHETAIL, Professeure à l’Université Libre de Bruxelles (Rapporteure)
    Monsieur Eric CASTET, Directeur de Recherche au CNRS (Rapporteur)
    Madame Maryse BIANCO, Professeure émérite à l’Université Grenoble-Alpes (Examinatrice)
    Monsieur Ludovic FERRAND, Directeur de Recherche au CNRS (Examinateur)
    Monsieur Jean-Luc SCHWARTZ, Directeur de Recherche au CNRS (Examinateur)

    Lieu : salle de conférence Annie Génovèse (salle A6)Bâtiment Michel Dubois (anciennement BSHM, 1251 Avenue Centrale, 38400 Saint-Martin-d’Hères


  • Soutenances de thèses
    20 mars 2020 - 13:00 - Alexia ROUX SIBILON

    Résumé : Nous saisissons l’essentiel de notre environnement visuel en un seul coup d’œil, et ce indépendamment de sa complexité. Différentes propositions théoriques dans le domaine de la reconnaissance visuelle ont proposé que cette capacité reposerait sur l’extraction du gist de la scène visuelle, une première représentation visuelle globale et rudimentaire. L’extraction du gist reposerait notamment sur l’analyse rapide des basses fréquences spatiales du signal visuel, qui permettrait une catégorisation assez grossière de la scène et des objets qui la composent. Cette première représentation de la scène permettrait par ailleurs de déclencher des mécanismes prédictifs qui guideraient dans un second temps une analyse visuelle plus minutieuse et détaillée. Ce cadre théorique, que nous avons formalisé dans cette thèse sous le nom de modèle fréquentiel prédictif, rend compte d’un grand nombre de résultats empiriques. Dans l’ensemble, les travaux à l’appui de ce modèle se sont concentrés sur la reconnaissance visuelle de petits stimuli présentés en vision centrale. Or, l’acuité visuelle diminue drastiquement avec l’excentricité rétinienne si bien qu’une grosse part du signal en basses fréquences spatiales provient de la vision périphérique. Dans ce travail de thèse, nous avons testé l’hypothèse que l’information de basse résolution spatiale extraite en vision périphérique influencerait les traitements réalisés en vision centrale. Dans une première série d’expériences, nous avons observé que la catégorisation de stimuli visuels complexes (de type objets ou scènes) présentés en vision centrale peut être améliorée et/ou accélérée lorsque l’information visuelle périphérique est sémantiquement congruente par rapport à lorsqu’elle est incongruente. Dans une seconde série d’expériences, nous avons étudié les conséquences d’une perte de vision périphérique sur les traitements réalisés en vision centrale. Nous avons pour cela testé des patients atteints d’un glaucome. Cette pathologie ophtalmique affecte en particulier la rétine périphérique et représente ainsi un bon modèle pathologique d’un système dans lequel la vision périphérique a moins d’importance. Nous avons observé que ces patients présentaient un déficit pour catégoriser des petites scènes présentées en vision centrale, alors même que leur sensibilité rétinienne était préservée pour cette région du champ visuel. Ce dernier résultat suggère que la perte de vision périphérique causée par le glaucome désorganise les mécanismes prédictifs et perturberait ainsi la reconnaissance visuelle de manière globale, même en vision centrale. L’ensemble de ces travaux de thèse nous permettent de conforter et préciser le modèle fréquentiel prédictif tout en soulignant l’importance de considérer la vision périphérique dans les modèles de reconnaissance visuelle.

    Lieu : Salle de Conférence Bâtiment André Rassat Site Chimie - Salle de Conférence Bâtiment André Rassat Site Chimie -Domaine universitaire 38400 SAINT-MARTIN-D’HÈRES

    Notes de dernières minutes : Jury : Pr Nicolas POIREL Professeur, Université Paris Descartes, France. Rapporteur Dr. Quentin LENOBLE Maître de conférences, Université de Lille, France. Rapporteur Dr. Valerie GOFFAUX Chercheure qualifiée, Université Catholique de Louvain. Examinatrice Pr. Martial MERMILLOD Professeur, Université Grenoble-Alpes. Examinateur, Président du jury Dr. Carole PEYRIN Directrice de recherche CNRS, Université Grenoble-Alpes. Directrice de thèse


  • 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7

Ajouter un événement iCal