Accueil > A la une

Soutenance de thèse Emmanuel Descroix - 1er octobre 2021

publié le

Soutenance de thèse intitulée "Clignements spontanés dans la communication et le traitement conscient de l’information" de Emmanuel Descroix.
Le vendredi 1er octobre à 13h, Amphi MSH Alpes

en hybride :

https://univ-grenoble-alpes-fr.zoom.us/j/93480179151?pwd=aGIrdTN2UTZTNHlaeXp1bTV4ZkFidz09

Le Clignement Spontané des yeux (CS) se distingue du clignement volontaire et du clignement reflexe. Les variations du taux de CS (TCS) ne sont pas expliquées par la seule nécessité de lubrifier la cornée. Des baisses de TCS ont été corrélées avec l’attention, la concentration et la perception visuelle, des hausses de TCS avec la mémorisation et la parole. L’augmentation du TCS observée durant la conversation, a été attribuée à un mécanisme méta-langagier destiné à organiser les échanges et ponctuer le discours entre partenaires. La présente thèse relativise le rôle du CS dans la communication humaine. En effet nos deux premières études (Article 1 et 2) montrent que les variations du CS entre partenaires (des mères avec leur nourrisson) ne sont pas mimétiques ni même l’effet d’un entrainement entre partenaires. Au contraire nous montrons (Article 3, Expérience 1) que le CS dépendrait d’abord d’un mécanisme individuel de traitement de l’information. La fonction interpersonnelle de communication du CS serait donc subsidiaire (Article 3, Expérience2) ; le CS serait essentiellement relié à des processus cognitifs individuels (unilatéraux), utiles à la communication mais dédiés à une fonction plus générale de gestion d’information. Pour confirmer cette hypothèse, nous avons testé (de manière inédite) la variation des CS lors du traitement d’informations haptiques, avec ou sans la vision (Article 4, Expérience1). Nous confirmons (Article 4, Expérience 2) que le TCS est maximum quand il émerge avec une activation co-occurrente de processus top down (représentation mentale et intention) et bottom up (sensorialité), même si les processus top down semblent plus essentiels. L’attention visuelle exerce un effet inhibiteur sur cette émergence. A l’issue de ces résultats, nous soutenons que le CS est un phénomène qui accompagne le traitement attentionnel des informations. Le CS serait le marqueur du traitement conscient des informations internes (réflexives) ou externes (sensorielles), ce que nous tentons d’expliquer par le modèle énactif.