Accueil > Projets > ANR

Chunked

publié le

Le projet chunked, porté par Fabien Mathy, en collaboration avec Benoit Lemaire et Sophie Portrat, a reçu en 2017 un financement ANR (durée 48 mois).

Le projet :

Compresser l’information est sans doute un élément central du fonctionnement de la mémoire et plus généralement de la cognition. Notre objectif est d’étudier un mécanisme cognitif fondamental appelé "chunking". Le coeur de ce projet est l’idée que le chunking dérive d’un processus de compression de l’information en mémoire, dont le rôle est primordial pour l’apprentissage. Le projet se divise en deux parties : la première partie concerne l’étude de processus implicites de chunking, qui permettent à notre système cognitif d’extraire des régularités statistiques de l’environnement, et la seconde partie se focalise sur le versant explicite du recodage de l’information en chunks.

Le premier objectif consiste à identifier les principes gouvernant la formation de "chunks" en mémoire à long terme par des mécanismes d’apprentissage implicite. Depuis l’étude princeps de Saffran, Aslin et Newport (1996), plusieurs résultats empiriques ont montré que les humains (ainsi que les primates non-humains) ont une capacité innée d’extraire et recoder les régularités environnementales, comme par exemple la cooccurence répétée de deux informations A et B. Il a été proposé que la cooccurence systématique de A et B conduit implicitement à leur groupement inconscient. Plusieurs explications théoriques de ce type de résultat ont été offertes et parmi celles-ci le processus de chunking apparaît comme une notion clé.
Cet axe du projet consiste donc à tester l’idée selon laquelle ce type de chunking est gouverné par un processus d’optimisation de la mémoire fondé sur un processus de compression des données. Nous vérifierons dans quelle mesure la capacité à extraire implicitement ce type de régularités pour former des chunks détermine les différences inter-individuelles en matière d’apprentissage.

Le processus de chunking permet également la simplification d’une tâche de mémoire immédiate, en utilisant des régularités présentes dans le matériel à mémoriser. Le chunking est habituellement considéré comme un artefact dans les expérimentations sur la mémoire immédiate, mais notre projet invite au contraire les participants à "chunker". Nous avons développé dans cet objectif une série de tâches dévolues à l’estimation des capacités de chunking, en prenant en compte la compressibilité de l’information du matériel à mémoriser. Cette seconde moitié du projet est fondée sur l’idée que la compétence à "chunker" de façon explicite détermine directement les différences inter-individuelles de capacité en mémoire immédiate. Il s’agit ici de reconsidérer la conception actuelle du stockage et du traitement de l’information en mémoire de travail, de mieux décrire l’optimisation et l’accroissement de l’empan mnésique avec l’âge, et plus largement de reconsidérer et de tester les théories mettant en lien mémoire et intelligence.

Ce projet a donc pour objectif de comprendre (et ultimement de modéliser) l’optimisation de l’espace de stockage par le chunking afin de mieux rendre compte des capacités en mémoire de travail et des capacités d’apprentissage chez l’humain et le primate non-humain, et de tenter de relier l’apprentissage implicite et le ré-encodage explicite de l’information au vol en mémoire immédiate (le second pouvant aller à l’encontre du premier en raison d’une focalisation attentionnelle spécifique).

Voir en ligne : Chunked Project