Accueil du site > Projets > ANR

PARADOX

publié le

Christopher Moulin et Céline Souchay

Un déficit de métamémoire peut-il expliquer le paradoxe de mémoire prospective dans le vieillissement normal et pathologique ?

Défi de tous les savoirs (DS10) 2015

Une collaboration avec Université de Genève (Pr. Matthias Kliegel et Dr. Katharina Schnitzspahn)

La mémoire prospective (PM) correspond aux processus et compétences nécessaires à l initiation et l’exécution d intention à un point déterminé dans le futur. La mémoire prospective est par exemple nécessaire lorsqu’il ‘s’agit de se souvenir d’aller à une réunion ou encore de prendre des médicaments. La mémoire prospective est constamment sollicitée dans la vie quotidienne et est nécessaire au maintien de l’indépendance chez les personnes âgées. Or des difficultés de mémoire prospective ont été observées chez les personnes âgées. Mais l’histoire est complexe. En effet, des difficultés apparaissent dans des tâches dites de laboratoire alors que les personnes âgées surpassent les personnes jeunes dans des tâches davantage proches de la vie quotidienne. Cette dissociation a été définie comme le paradoxe de la mémoire prospective dans le vieillissement.

Expliquer ce paradoxe est essentiel afin de comprendre les effets du vieillissement. Pour la première fois nous testons l’idée selon laquelle ce paradoxe est lié à la métacognition, défini comme la capacité à contrôler nos capacités et mettre en place les stratégies appropriées. En effet, nous devons avoir conscience de nos actions, tout en gardant actif l’action à réaliser. Nous nous explorerons le rôle de la métacognition dans les effets de l’âge observés sur la mémoire prospective ainsi que l’effet de l’entrainement. Nous également étendrons ce travail à la maladie d’Alzheimer (MA). Les patients présentant une MA ont un risque accrus de déficits de mémoire prospective dans leur vie au quotidien. Les patients Alzheimer ont des difficultés de mémoire prospective dans des tâches dites de laboratoire, mais l’existence de telles difficultés dans des tâches plus écologiques est moins connue.

Ce programme de recherche apportera une avancée au regard de la question du paradoxe de la mémoire prospective dans le vieillissement normal et établira l’existence de ce paradoxe dans la maladie d’Alzheimer. L’apport de la métacognition, permettra la mise en place de recommandations sur l’utilisation de stratégies permettant d’améliorer la mémoire prospective. Ce programme de recherche facilitera donc la mise en place de stratégies spécifiques et personnalisées de réhabilitation de la mémoire prospective.

Ce projet est seulement réalisable dans le contexte d’une expertise partagée entre ces deux laboratoires. L’équipe de Genève dispose d’une expertise de renommée internationale dans le domaine du vieillissement normal et de la mémoire prospective. L’équipe de Grenoble est spécialisée dans le champ de la métacognition et de la maladie d’Alzheimer.